Golfe du Saint-Laurent: une troisième carcasse de baleine noire retrouvée

Même si la peau de la baleine a... (Photo Karl Tokatlidis, Écomaris)

Agrandir

Même si la peau de la baleine a pelé, des photos prises le 13 juillet par l'équipage du voilier Roter Sand d'Écomaris ont permis d'identifier une femelle de six ans, nommée #3923.

Photo Karl Tokatlidis, Écomaris

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Geneviève Gélinas

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Gaspé) Une deuxième et une troisième carcasse de baleine noire ont été aperçues dans le golfe du Saint-Laurent ces derniers jours, après celle récupérée près de Percé le 24 juin. Il s'agit d'un nombre anormalement élevé pour cette espèce en voie de disparition et la communauté scientifique se mobilise pour localiser les carcasses.

Vendredi, des pêcheurs ont revu près des Îles de la Madeleine une carcasse repérée cinq jours plus tôt. Elle pourrait s'échouer sur l'île du Havre-Aubert dans la soirée de vendredi, évaluaient des scientifiques de l'Institut Maurice-Lamontagne grâce à des modélisations des courants et des vents. 

Des agents de Pêches et Océans Canada surveillent les abords de l'archipel dans l'espoir de récupérer le corps de la baleine. Des photos ont permis d'identifier une femelle de six ans, appelée #3923.

Le 9 juillet, une patrouille aérienne de Pêches et Océans Canada avait photographié une autre baleine qui dérivait au large de Gaspé. Larges nageoires pectorales, tête massive, corps bien rond : il s'agissait clairement d'une baleine noire en état de décomposition avancée, qui n'a pas été revue depuis.

Ces observations font grimper à trois en 2015 les carcasses de baleine noire identifiées. Avant juin dernier, la dernière carcasse récupérée remontait à 2001. L'espèce compte à peine 500 individus dans l'Atlantique Nord.

Marins davantage sensibilisés

Les marins sont plus avertis qu'avant pour rapporter leurs observations, reconnaît Josiane Cabana, porte-parole du Réseau québécois d'urgence pour les mammifères marins. Mais «trois carcasses, c'est un nombre particulièrement élevé. Ça suscite des questionnements. C'est pourquoi on déploie énormément d'énergie pour localiser les carcasses.»

L'examen et l'échantillonnage des carcasses peuvent livrer de précieuses informations, notamment sur la cause de la mort. Les deux grandes menaces qui pèsent sur la baleine noire sont l'empêtrement dans les engins de pêche et les collisions avec les navires.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer