Le BAPE enquêtera au port de Québec, jure le gouvernement

Le ministre de l'Environnement et du Développement durable David... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le ministre de l'Environnement et du Développement durable David Heurtel

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) Québec tiendra des consultations sur l'environnement à propos du projet pour l'agrandissement du port de Québec, persiste à affirmer le ministre David Heurtel.

Lundi, devant les journalistes, à l'Assemblée nationale, le titulaire de l'Environnement et du Développement durable a catégoriquement réaffirmé qu'il a «plus qu'espoir» que le Bureau des audiences publiques sur l'environnement (BAPE) enquêtera sur ce territoire de juridiction fédérale.

«Il va y en avoir un, c'est clair, pour répondre aux questions que nous avons soulevées, a-t-il répondu. Nous travaillons encore avec le Port de Québec pour avoir une entente sur comment tout cela se déroulera.»

C'est sur un plan représentant des investissements publics de 190 millions $ que le BAPE devrait se pencher. Les travaux permettront notamment de prolonger de plus de 600 mètres les quais et d'agrandir la plage de Beauport.

En mai, le ministre Heurtel a indiqué au Soleil qu'il en était venu à une entente avec l'Administration portuaire de Québec pour des audiences environnementales communes avec Ottawa. Il avait été démenti le lendemain même par le pdg du Port, Mario Girard.

Les pourparlers n'ont jamais cessé entre les deux paliers de gouvernement, a laissé entendre M. Heurtel, comme l'a fait encore récemment son collègue Jean D'Amour, responsable de la Stratégie maritime. Le ministre de l'Environnement a rappelé qu'il veut faire porter l'examen par Québec «sur trois questions particulières».

Il s'agit de la qualité de l'air, une préoccupation soulevée par les épisodes de poussière rouge, les émanations de nickel qui ont alarmé des citoyens de Limoilou et des alentours. Le dossier des hydrocarbures - le transport, le trafic maritime et le stockage qui y seraient reliés - et celui des impacts possibles du projet sur la faune et la flore complètent les sujets de préoccupation pour Québec.

«Depuis le départ, notre position a toujours été la même. Nous voulons un BAPE sur ces trois questions. Nous désirons travailler en collaboration avec le port de Québec dans le cadre de son processus d'évaluation environnementale pour ne pas dédoubler le travail qui doit se faire en commun.» 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer