TransCanada douée pour «se mettre les gens à dos», dit Mulcair

Malgré ses critiques, Thomas Mulcair a tout de... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Malgré ses critiques, Thomas Mulcair a tout de même dit vouloir que les compagnies comme TransCanada réussissent, que le secteur énergétique de l'Alberta réussisse.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) Le chef du NPD Thomas Mulcair estime que TransCanada s'est ingénié à se mettre les Québécois à dos, notamment en s'abstenant de présenter ses documents en français pour son mégaprojet du pipeline Énergie-Est.

C'est ce que rapporte le Calgary Herald, dans un article publié dimanche. Le quotidien albertain signale que le dirigeant du Nouveau Parti démocratique s'est montré «très dur» envers la firme dans la conduite du projet.

Je veux que les compagnies comme TransCanada réussissent, que le secteur énergétique de l'Alberta réussisse, dit en substance M. Mulcair.

Mais, à ses yeux, en 2015, une compagnie ne peut se contenter d'annoncer ses intentions «et puis décider de commencer des tests sismiques dans la pouponnière des bélugas dans le fleuve Saint-Laurent. C'est pratiquement comme s'ils [les dirigeants de TransCanada] essayaient de trouver des moyens de mettre les gens en colère contre eux.»

Le néo-démocrate critique aussi le comportement de la firme, qui n'a pas voulu déposer ses rapports et ses analyses en français devant l'Office national de l'énergie (ONÉ). Un porte-parole de l'entreprise a déjà indiqué que TransCanada voulait ainsi éviter toute «discordance juridique» entre les documents en anglais et leur traduction, traduction qu'elle réserve à son site Internet.

«TransCanada a déménagé au Québec, elle a dit "nous voulons ces audiences [environnementales, selon M. Mulcair]" et elle refuse de traduire [les dossiers] en français. C'est presque comme s'ils essayaient de trouver des façons de se mettre les gens à dos».

Patrick Bonin, de Greenpeace, s'est dit d'accord avec le chef du NPD sur le fait que la firme «a très peu de considération pour les francophones. Il a compris qu'il y a une inégalité flagrante entre les francophones [et les anglophones, les premiers étant traités] en citoyens de seconde classe.»

Le responsable de la campagne «Climat-Énergie» du groupe environnemental souhaite que M. Mulcair «aille plus loin». Aller plus loin, c'est non seulement «mettre le français au même niveau que l'anglais», c'est une évaluation environnementale reprise à partir du début et l'imposition d'un virage à l'ONÉ.

Crédibilité entachée

M. Bonin a avancé que l'Office souffre d'un problème de crédibilité depuis que le gouvernement conservateur de Stephen Harper a imposé une réforme. Selon lui, cela se traduit par «un biais envers l'industrie», des gestes antidémocratiques, notamment en «excluant des intervenants» des audiences et en limitant la participation du public.

Greenpeace fait partie d'une coalition de groupes réclamant que les documents qui se retrouvent devant l'ONÉ soient conformes à la loi sur les langues officielles. Patrick Bonin a accusé l'Office national de l'énergie d'avoir fait preuve d'intransigeance en repoussant la demande de médiation du Centre québécois du droit de l'environnement (CQDE) pour que l'organisme canadien offre sur son propre site Internet une traduction en français des documents d'Énergie-Est.

Le CQDE a expédié à ce sujet une seconde requête, lundi. Pour le moment, Patrick Bonin juge nettement insuffisant le fait que l'ONÉ se limite à offrir un lien Internet vers le site de TransCanada, où se trouvent les documents en français de la compagnie.

Aucun raccourci informatique n'est en place vers les dossiers à proprement parler, a-t-il soulevé. D'autant, a dénoncé l'environnementaliste, que tout n'est pas traduit.

L'oléoduc Énergie-Est est conçu pour acheminer du pétrole sur 4600 kilomètres, de l'Alberta au Nouveau-Brunswick, au coût d'investissements totalisant 12 milliards $. Au Québec, il passera sur les terres de plus de 2000 propriétaires, le long d'un parcours faisant 700 kilomètres.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer