Rivière Saint-Charles: la lutte contre le roseau envahissant se poursuit

Le phragmite exotique - ou roseau commun -... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le phragmite exotique - ou roseau commun - qui pousse sur les berges de la rivière Saint-Charles, «ça nuit à la biodiversité et ça banalise aussi le paysage», explique Marjorie Potvin, porte-parole de la Ville de Québec.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Plante envahissante par excellence, le phragmite exotique - aussi appelé le roseau commun - aura encore la vie dure cette année sur les berges de la rivière Saint-Charles.

La Ville de Québec a annoncé mercredi qu'elle poursuivait son programme de lutte intensive contre cette plante en installant des bâches noires sur des colonies qui se sont installées en face du jardin communautaire Sacré-Coeur et dans le secteur du pont de Marie-de-l'Incarnation.

«Notre but, c'est de préserver les aménagements qu'on avait déjà faits pour revitaliser les berges. Parce que le phragmite, ça nuit à la biodiversité et ça banalise aussi le paysage», explique Marjorie Potvin, porte-parole de la Ville de Québec.

Entre 1996 et 2008, la Ville de Québec a investi 135 millions $ pour restaurer les berges de la rivière en zone urbaine. Lorsqu'on a commencé à lutter contre la présence indésirable du roseau commun, en 2013, il y en avait déjà 150 colonies d'implantées sur huit kilomètres de berges.

Ce projet-pilote, d'une durée de cinq ans, coûte à la Ville entre 30 000 $ et 50 000 $ par année. Lorsqu'il arrivera à échéance, on se contentera de contrôler la présence du phragmite exotique. «On ne pense pas être en mesure de l'enrayer à 100 %», concède Mme Potvin, malgré que les résultats de la lutte soient quand même bons depuis deux ans.

Par exemple, lorsqu'on coupe la plante de façon répétée, elle disparaît une fois sur deux. Et lorsqu'on l'enduit d'un herbicide, elle disparaît définitivement dans 83 % des cas. L'efficacité de la technique de la bâche, qui doit rester en place pendant deux ans, sera évaluée cette année.

Le Service de l'environnement de la Ville de Québec plante de petits arbustes à croissance rapide, comme des vinaigriers, des cornouillers ou des saules pour remplacer le roseau commun, qui peut atteindre jusqu'à quatre mètres de haut.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer