Biométhanisation: Heurtel invite Labeaume à «relativiser» les choses

Le ministre de l'Environnement, David Heurtel... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le ministre de l'Environnement, David Heurtel

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre de l'Environnement dit comprendre les «préoccupations» de Régis Labeaume sur les frais de la future usine de biométhanisation à 100 millions $ pour composter les restes de table. Mais David Heurtel estime qu'il est trop tôt pour «tirer des conclusions».

«On est encore à l'étape de l'élaboration du projet. On parle d'un projet pour 2019 et on est en 2015. Il faut quand même relativiser les choses», a commenté le ministre en mêlée de presse à l'Assemblée nationale, mercredi.

Mardi, le maire de Québec a dit trouver bien élevées les exigences du gouvernement du Québec qui interdira l'enfouissement de toutes les matières organiques dès 2020. Aux yeux de Régis Labeaume, la part de subventions du provincial pour répondre à ces critères n'est pas suffisante.

À Québec, une usine de biométhanisation pour transformer en biogaz et en compost les restes de table et les boues municipales (égouts) est évaluée à près de 100 millions $. Dans le plus récent scénario, 44 millions $ étaient à la charge de la Ville de Québec, dont au moins 18 millions $ prévus au programme triennal d'immobilisation. «On veut bien être verts et on pense qu'il faut que ça se fasse, mais à un moment donné, c'est une raison financière», a dit M. Labeaume mardi. Il a qualifié l'investissement à venir de «grosse bouchée». «C'est un beau cas où un gouvernement nous impose quelque chose et qu'il y a un coût additionnel qui n'est pas remboursé», a ajouté le maire.

L'EXEMPLE DE SAINT-HYACINTHE

«On comprend qu'il puisse y avoir des questionnements et des préoccupations, a répliqué le ministre David Heurtel hier. L'idée, c'est de travailler ensemble et de trouver des solutions. On travaille avec la Ville de Québec sur plusieurs dossiers, dont celui-là.»

Chose certaine, le ministre de l'Environnement est convaincu que la biométhanisation, un procédé qui transforme les matières organiques en biogaz et en compost, est la voie à suivre. «La biométhanisation est une solution très efficace. On a Saint-Hyacinthe et elle fonctionne très bien», a-t-il dit à propos de l'usine de 47,2 millions $ inaugurée en novembre.

À Québec, on estime que l'usine pourrait composter 86 000 tonnes de restes de table et 96 000 tonnes de boues municipales. Cette technologie verte pourrait réduire de 25 %, soit jusqu'à 40 par jour, le nombre de camions qui prendront le chemin de l'incinérateur.

Avec Simon Boivin

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer