Dépotoir de Gaspé: encore des ratés dans le traitement du «jus de poubelle»

Le lixiviat qui s'écoule des cellules d'enfouissement est... (Photo collaboration spéciale Geneviève Gélinas)

Agrandir

Le lixiviat qui s'écoule des cellules d'enfouissement est traité avant d'être rejeté dans la York, une rivière à saumon.

Photo collaboration spéciale Geneviève Gélinas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Geneviève Gélinas

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Gaspé) Le dépotoir de Gaspé a de nouveau connu des ratés dans le traitement du lixiviat («jus de poubelle») en 2014. Du lixiviat traité qui dépassait les normes et les objectifs pour plusieurs contaminants a été rejeté dans la rivière York. Toutefois, l'eau de cette rivière à saumon demeure d'excellente qualité, garantit la Ville en brandissant des tests menés plus d'un mois après ces problèmes.

Le lixiviat qui s'écoule des cellules d'enfouissement est entreposé dans un bassin, puis traité avant d'être rejeté dans la York.

En 2014, le dépotoir a échoué à un test de toxicité aigüe pour la première fois depuis son ouverture. Des poissons plongés dans le lixiviat issu du traitement le 16 juin n'ont pas survécu le temps requis. Le taux de nitrites était de 63 fois l'objectif de rejet. Les cyanures totaux étaient quatre fois trop élevés par rapport à l'objectif.

En juin et en juillet 2014, le lixiviat traité a montré quatre dépassements des normes pour les taux d'azote ammoniacal (une fois et demie la norme), de matières en suspension (jusqu'à deux fois) et de zinc (21 % trop élevé). 

Les gestionnaires du dépotoir ont continué de rejeter le lixiviat traité dans la York jusqu'au 16 juillet. Une partie des dépassements concernaient des objectifs et non des normes, justifie Jocelyn Villeneuve, directeur de l'urbanisme, de l'aménagement et de l'environnement à la Ville de Gaspé. «Nos tests maison nous montraient qu'on était sur la bonne voie et les tests [de toxicité] pouvaient avoir été faussés par le délai.»

Les gestionnaires ont ensuite suspendu le traitement du 16 juillet au 12 août. Ils ont injecté une bactérie qui désintègre les nitrites, absente jusque-là. Les tests menés en août et en septembre montrent un léger dépassement de la norme des matières en suspension. Les tests de toxicité de septembre se sont avérés conformes mais les nitrates totalisaient deux fois et demie l'objectif. 

M. Villeneuve estime que la «recette» a été trouvée et entrevoit 2015 avec confiance. «Le rodage est fait. On va réagir mieux, s'ajuster plus rapidement. On ne sera jamais à l'abri de dépassements de normes, mais l'idée, c'est de ne pas les avoir de façon continuelle.»

Et la York?

En août et en septembre, soit plus d'un mois après l'échec des tests de toxicité, les techniciens du dépotoir ont prélevé des échantillons d'eau dans la York. La plupart des contaminants testés étaient en quantité équivalente en amont et en aval du rejet. Seule exception : les nitrites et les nitrates, dont les taux demeuraient toutefois 10 fois moindres que les concentrations acceptables dans l'eau potable. 

Gaspé continuera à tester l'eau de la York en 2015. Si la rivière avait été contrôlée pour la baignade par le ministère de l'Environnement, elle aurait obtenu la cote «excellente», vu le faible taux de coliformes, dit le maire de Gaspé, Daniel Côté, qui insiste pour dire que «l'eau de la York est très pure malgré la présence du lieu d'enfouissement technique».

En 2014, 21700 mètres cubes de lixiviat traité ont été déversés dans la York.

Des problèmes depuis 2010

En 2012, Gaspé avait dû rejeter en mer 3300mètres cubes de lixiviat non traité, puisque son bassin d'entreposage menaçait de déborder. En décembre 2010, après des pluies abondantes, on avait aussi déversé 2000 mètres cubes de lixiviat non traité, cette fois-là dans la rivière York. Depuis 2010, les taux d'azote ammoniacal, de matières en suspension et de zinc ont dépassé les normes à plusieurs reprises à la sortie du système de traitement. 

En 2013, Gaspé et la Régie intermunicipale de traitement des matières résiduelles de la Gaspésie ont investi 3,6 millions $ pour doubler le volume du bassin d'entreposage du lixiviat et améliorer leur système de traitement. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer