Poubelles à l'essai au centre-ville: un bilan peu convaincant

En octobre 2013, la Ville de Québec a... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

En octobre 2013, la Ville de Québec a installé 10 poubelles doubles - ordures et recyclage - sur la rue Saint-Joseph dans le quartier Saint-Roch pour un projet-pilote. Ces réceptacles sont à présent presque tous couverts de graffitis, et les commerçants en critiquent notamment le format trop petit.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Ville de Québec n'a pas encore réglé les ratés de la collecte des ordures au centre-ville qu'elle devra se pencher sur un autre sujet controversé au rayon des déchets : le modèle de poubelles à utiliser dans le centre-ville et le Vieux-Québec. Et si on en croit les commerçants, le projet-pilote qui vient de se terminer ne semble pas avoir convaincu.

En octobre 2013, la Ville de Québec a installé 10 poubelles doubles - ordures et recyclage - sur la rue Saint-Joseph dans le quartier Saint-Roch pour un projet-pilote. L'objectif : tester ce prototype de réceptacles dont l'allure plaisait au ministère de la Culture après le refus d'un autre modèle en mars 2012, basé sur celui de Toronto. Le Ministère le trouvait incompatible avec l'aspect historique du Vieux-Québec.

D'abord prévu pour se terminer au printemps 2014, le projet-pilote de 120 000 $ mené dans Saint-Roch a été prolongé jusqu'au printemps 2015. Si les tests s'avèrent concluants, la Ville donnera le feu vert à l'installation graduelle sur une période de quatre ans de 1400 duos poubelle-recyclage dans l'arrondissement La Cité-Limoilou.

En juillet, Le Soleil avait publié un article et des photos montrant le piètre état des réceptacles. En plus d'être à peu près toutes la cible de graffitis, certaines poubelles étaient cabossées, plusieurs n'avaient pas de sacs ou débordaient de détritus.

Même constat du Soleil cet hiver alors que les prototypes de réceptacles étaient souvent démunis de sacs noir ou bleu et pratiquement inutilisés.

Depuis quelques jours, les prototypes ont été enlevés et remplacés par des poubelles, sans section pour le recyclage.

À la Ville de Québec, on indique qu'il est trop tôt pour juger du bilan du projet-pilote dont la dernière phase visait à analyser le contenu pour savoir si les gens avaient bien fait le tri entre déchets et recyclage.

«Le dernier volet de cette campagne a été réalisé avec succès. Les prototypes ont été retirés et remplacés par les anciennes poubelles», a indiqué la semaine dernière la porte-parole de la Ville Marjorie Potvin.

«Les commentaires des citoyens reçus à ce sujet sont en cours de compilation. Une phase d'analyse et de consultation à l'interne suivra afin de convenir des suites du projet.

«Il est donc trop tôt pour l'instant pour formuler des recommandations pour la suite des choses», a-t-elle poursuivi.

Lors de l'article du Soleil en juillet, Mme Potvin avait précisé que l'usure rapide des prototypes pourtant récents était due au fait qu'ils n'ont pas été conçus avec les vrais matériaux, mais qu'ils étaient plutôt en aluminium, donc plus fragiles.

L'idée, avait expliqué la porte-parole, était avant tout de tester la taille et le design des réceptacles.

«Pas de bon sens»

Chez les commerçants de la rue Saint-Joseph, le bilan du projet-pilote est loin d'être concluant. Déjà, en juillet, la directrice de la SDC Saint-Roch, Catherine Raymond, avait critiqué la taille des poubelles testées. Même constat jeudi alors que Le Soleil lui a demandé un bilan provisoire de l'exercice.

«Le format n'est pas adéquat pour un milieu aussi sollicité comme le centre-ville. On a une densité de population et de trafic», constatait-elle toujours neuf mois plus tard. «Le résultat qu'on voit, c'est une capacité pas suffisante, même si l'idée du recyclage est intéressante.» L'état des prototypes depuis 18 mois n'était «pas toujours élégant», a-t-elle dit. «En plus, il n'y a pas de trappe pour empêcher les mouches et les guêpes. C'est un irritant», a poursuivi Mme Raymond, qui déplore aussi l'allure des réceptacles victimes des vandales.

«J'ai fait ma tournée il y a deux semaines et je me disais : "Mon Dieu, ça n'a pas de bon sens"», a lancé celle qui reste tout de même positive. «Il fallait l'essayer. De bonne foi, Saint-Roch s'est prêté au test. Un projet-pilote, ça sert à éviter des catastrophes et du gaspillage.» Elle formulera bientôt ses impressions de façon plus officielle à la Ville. Mais pour l'instant, la représentante des gens d'affaires ne semble pas penser que ce modèle est le meilleur. «Pour nous autres, ce n'est pas suffisant», a-t-elle tranché.

Trouver un modèle de poubelle qui convient à l'environnement du centre-ville et particulièrement à l'arrondissement historique du Vieux-Québec est une véritable saga. Exaspéré par les tergiversations du Ministère, le maire de Québec, Régis Labeaume, avait même ironisé en lançant en mars 2012 le concours Dessine-moi une poubelle, demandant aux citoyens de lui soumettre leurs idées.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer