Débâcles et coups d'eau à redouter d'ici jeudi

La situation n'était pas dramatique, mardi, selon la... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

La situation n'était pas dramatique, mardi, selon la Sécurité civile, mais le risque est bien réel. Toutes les rivières de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches sont d'ailleurs sous surveillance.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Sécurité civile et les municipalités riveraines seront particulièrement aux aguets ces 72 prochaines heures, alors que plus de 50 millimètres de pluie sont attendus sur la grande région de Québec d'ici jeudi. Débâcles et coups d'eau sont à redouter.

Seulement mardi, Environnement Canada prévoyait des accumulations de 15 à 25 mm de pluie, s'ajoutant aux 10 à 15 déjà tombés depuis lundi soir. Après une accalmie entre mardi soir et mercredi matin, la pluie reprendra de plus belle mercredi soir et se poursuivra jusqu'en fin de journée jeudi, après avoir laissé 30 mm d'eau au sol. 

Les précipitations sont particulièrement importantes sur la rive nord, où les couverts de glace et de neige sont plus abondants, donc plus propices aux embâcles et aux fortes crues.

La situation n'était pas dramatique, mardi, selon la Sécurité civile, mais le risque est bien réel. Toutes les rivières de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches sont d'ailleurs sous surveillance. «La pluie va provoquer du ruissellement et l'apport en eau va créer une augmentation des débits», a expliqué France-Sylvie Loiselle, porte-parole régionale de la Sécurité civile. «On s'attend à des crues à certains endroits.»

Tout comme Environnement Canada, Mme Loiselle anticipe une plus forte incidence de la pluie sur les secteurs nord. Dame Nature semble confirmer le pronostic. Alors qu'il était tombé 9 mm de pluie sur Québec dans la nuit de lundi à mardi, il en était tombé 13 à Valcartier.

L'effet de ces précipitations, du ruissellement et de la fonte, combinés, ne se fera pas sentir dans l'immédiat. «La réaction des cours d'eau va se faire au courant de la journée [et des prochains jours]. Les plus grands bassins, ça prend plus de temps à réagir.» 

Mme Loiselle fait toutefois remarquer que les conditions printanières, cette année, aident au travail des municipalités plus vulnérables aux inondations. «On est loin de l'année dernière. Les couverts de glace ont été affaiblis avec les bonnes températures. Cette glace-là est moins épaisse et ça pourrait aider [à limiter le nombre d'embâcles].» La quantité de neige accumulée au sol a été aussi moins imposante cet hiver.  

La température favorable, jumelée aux mesures de prévention appliquées par plusieurs villes, dont Saint-Raymond, dans Portneuf, facilite l'écoulement des eaux et de la glace.

Si tout se passe généralement bien ce printemps, à noter que la saison de la crue se poursuit jusqu'à la mi-mai. Il reste encore «la fonte de la neige dans les montagnes et plus au nord, les lacs vont caler en haut du bassin hydrologique aussi. Ça se poursuit jusqu'en mai. On risque d'avoir un coup d'eau, mais on ne sait pas quand exactement.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer