Le mois de mars le plus chaud depuis 1880

Selon l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA),... (PHOTO YASSER AL-ZAYYAT, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Selon l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA), la planète a vécu son mois de mars le plus chaud depuis 1880 - l'année où elle a commencé à compiler de telles données.

PHOTO YASSER AL-ZAYYAT, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Miami

Alors que le monde s'apprête à célébrer le jour de la Terre, la planète bleue, elle, continue de se réchauffer à une vitesse effrénée; des nouveaux records de chaleurs ont été atteints pour les trois premiers mois de l'année 2015.

Selon l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA), la planète a vécu son mois de mars le plus chaud depuis 1880 - l'année où elle a commencé à compiler de telles données. Le record établi en 2010 a été battu, avec une température moyenne de 13,6 degrés Celsius, soit 1,5 degré de plus que les normales du XXe siècle.

Pour les trois premiers mois de l'année, les températures moyennes ont été de 13,1 degrés, surpassant le record de 2002.

Une scientifique de l'agence, Jessica Blunden, croit que l'année 2015 déclassera probablement 2014 au titre de l'année la plus chaude. Au cours des premiers mois de 2015, les températures étaient de près d'un dixième de degré plus élevées que l'ancien record, et de quatre dixièmes de degré plus chaudes qu'à pareille date l'année dernière.

Un temps anormalement chaud a été enregistré dans l'océan Pacifique et ses environs, ainsi qu'en Asie, en Europe, en Afrique et en Australie. Le nord-est des États-Unis - et le Québec - ont quant à eux vécu des mois plus froids.

L'État de la Californie a connu un climat particulièrement torride en 2015. Le mercure affichait des températures qui étaient, en moyenne, de 7,5 degrés Celsius plus élevées que la norme, fracassant un nouveau record, établi seulement l'an dernier.

D'après Mme Blunden, le phénomène El Niño, la chaleur de l'océan Pacifique ainsi que l'action humaine expliquent ces nouvelles hausses, et rien ne laisse croire que cette tendance est appelée à ralentir, selon elle.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer