Crue printanière: Saint-Raymond vulnérable

Les élus et les habitants de Saint-Raymond sont... (Photothèque Le Soleil, Johanne Martin)

Agrandir

Les élus et les habitants de Saint-Raymond sont bien décidés à prendre toutes les mesures nécessaires afin d'éviter de nouvelles catastrophes dues au débordement de la rivière Sainte-Anne, comme ce fut le cas en 2012 (photo) et en 2014.

Photothèque Le Soleil, Johanne Martin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Ville de Saint-Raymond, dans Portneuf, est déterminée à ne pas revivre une nouvelle inondation, sa population ayant été affligée par deux importants coups d'eau aux printemps de 2012 et de 2014. Mais encore cette année, malgré l'application de certaines mesures, le risque zéro n'existe pas, la municipalité étant toujours considérée comme «vulnérable».

Le débordement de la rivière Sainte-Anne l'an dernier, en plein coeur de la municipalité de Saint-Raymond, a coûté jusqu'à maintenant 600000 $ à la Ville, qui a vu certains de ses bâtiments inondés. Ce chiffre est prudent et risque d'augmenter. C'est également sans compter les dommages subis par les riverains, évacués au nombre de 300 lors de l'inondation majeure survenue à la mi-avril.

Déterminés à ne pas revivre un tel enfer, les citoyens et les élus se sont concertés durant toute l'année pour en arriver à des solutions.

«Présentement, on a des travaux de prévention qui sont en cours. On a une pelle mécanique [une nouveauté] qui est à l'oeuvre depuis mercredi passé. On crée un chenal de 20 à 30 pieds de large au centre-ville», a expliqué François Dumont, directeur général de Saint-Raymond.

La mission de l'opérateur de la pelle est aussi d'affaiblir le couvert de glace pour éviter les embâcles en amont du pont Chalifour, zone sensible et en plein centre-ville. La résidence pour personnes âgées Les Estacades se trouve notamment à proximité et avait été évacuée l'an dernier. Le véhicule amphibien de Saint-Raymond sera quant à lui mis à contribution d'ici les prochains jours.

Ces mesures sont en réalité un minimum pour Saint-Raymond en attendant la grande opération. «Y'a pas de risque zéro. On va tenter de diminuer les risques, mais si on a un redoux la semaine prochaine...», a dit M. Dumont, admettant qu'il était impossible de tout contrôler avec les présentes mesures.

Analyser pour prévenir

Saint-Raymond veut régler le problème de façon permanente, mais, pour cela, elle doit se documenter au maximum. La Ville a notamment accordé un deuxième contrat à l'ingénieur Brian Morse de l'Université Laval. Avec son équipe, celui-ci a réalisé 40 sorties cet hiver pour analyser le comportement de la rivière Sainte-Anne. «La configuration fait que la ville est vulnérable», a convenu M. Morse, joint par Le Soleil. Il ajoute que le présent hiver a été tout aussi intense que celui de l'an dernier et que le froid sévère a créé un épais couvert de glace. «Mais c'est moins pire que l'année passée», a-t-il précisé, voulant se faire rassurant. «Pour avoir observé plusieurs embâcles sur les rivières du Québec, c'est rare que ça se fait de la même façon deux années de suite.»

M. Morse remettra son rapport au début de l'été. Ses observations et ses recommandations risquent de déterminer les travaux de plus grande envergure à entreprendre par la municipalité.

Jusqu'à maintenant, Saint-Raymond songe à installer des estacades flottantes. «On aimerait mettre en place des interventions qu'on qualifie de peu coûteuses», a affirmé François Dumont. Si cela ne suffit pas, la Ville, y compris le maire, a toujours en tête de réaliser des travaux de dragage dans la rivière ou encore de modifier le barrage Chute-Panet, situé en aval du centre-ville. Mais pour cela, elle devra demander des autorisations au ministère de l'Environnement, d'où l'importance de réaliser plusieurs études. La Ville a jusqu'ici injecté 75 000 $ avec l'Université Laval.

Le ministère de la Sécurité publique s'est aussi joint aux efforts pour venir en aide à la population de Saint-Raymond. Selon la direction générale, 50 000 $ ont été débloqués pour collaborer, voire poursuivre les recherches entamées par l'équipe de Brian Morse.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer