Le dossier des gaz de schiste à fermer «à double tour», dit Gaudreault

Le député péquiste Sylvain Gaudreault... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le député péquiste Sylvain Gaudreault

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Gaz de schiste
Gaz de schiste

Consultez notre dossier complet sur les enjeux de l'exploitation du gaz de schiste. »

<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) Le ministre de l'Environnement David Heurtel n'a plus qu'à fermer «à double tour» le dossier de l'exploration et de l'exploitation des gaz de schiste dans les basses terres de la vallée du Saint-Laurent.

Le député péquiste Sylvain Gaudreault y est allé de ce conseil au dévoilement d'un rapport très attendu du Bureau des audiences publiques sur l'environnement. Le BAPE conclut que la manière d'exploiter ces hydrocarbures se heurterait à l'acceptabilité par les citoyens, ne se défendrait pas économiquement et provoquerait de la pollution par les gaz à effet de serre.

Le ministre Heurtel s'est montré prudent. Il s'est limité à faire parvenir un commentaire par Internet. «Le Ministère prendra le temps d'analyser les avis du BAPE avec attention et de manière rigoureuse», a-t-il fait savoir.

«Les conclusions du rapport soulèvent plusieurs questions sérieuses et nous sommes conscients des inquiétudes et des préoccupations de la population face à l'exploitation des gaz de schiste», a-t-il aussi indiqué. Le document du BAPE «alimentera l'évaluation environnementale stratégique globale (EES) sur la filière des hydrocarbures au Québec, tel qu'annoncé le 30 mai dernier».

«J'espère que le ministre comprendra le message», a soulevé Sylvain Gaudreault. «Le message est qu'il doit fermer la porte» à l'implantation de cette industrie dans les régions qui sont les plus peuplées de la vallée du Saint-Laurent, a suggéré le député du PQ, qui représente Jonquière au Salon bleu.

Selon M. Gaudreault, David Heurtel doit maintenant «s'entendre avec son collègue» Pierre Arcand (Énergie et Ressources naturelles) pour «fermer à double tour la porte» à toute tentation de laisser s'implanter une industrie des gaz de schiste.

«Rapport solide»

Amir Khadir a vanté le travail du BAPE qui a donné, a insisté le député de Québec solidaire, «un rapport solide où les commissaires ont retourné toutes les briques. [...] Les conclusions confirment ce qu'on craignait : c'est une industrie qui présente des risques pour l'air, pour l'eau. [...] Et cette industrie ne pourrait rapporter que 5 millions $ par an pour les 30 ou 35 prochaines années.

«Pour l'acceptabilité sociale, elle présente des problèmes énormes lorsqu'on apprend qu'il pourrait y avoir jusqu'à 1000 puits, creusés sur les meilleures terres agricoles. Quand le BAPE dit : ce n'est pas dans l'intérêt du Québec, c'est très crédible. Nous pensons que c'est le temps d'y aller avec un moratoire [...] un moratoire permanent pour quelques générations.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer