Gaspé: un embâcle de 1,75 km démantelé après 20 ans

Le bois récupérable, soit 10 % d'un volume... (Photo Marcel Castilloux)

Agrandir

Le bois récupérable, soit 10 % d'un volume estimé à plus de 5000 mètres cubes, sera vendu. Le reste sera empilé sur une île dans le delta de la Saint-Jean.

Photo Marcel Castilloux

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Geneviève Gélinas

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Gaspé) L'embâcle qui s'allonge depuis 20 ans à l'embouchure de la Saint-Jean, une réputée rivière à saumon de Gaspé, sera finalement démantelé cet hiver. Il en coûtera 550 000 $ pour déplacer des milliers de mètres cubes de bois entassés sur 1,75 kilomètre de longueur.

Sans intervention, l'embâcle pourrait bloquer la montaison du... (Photo Benjamin Wadham Gagnon) - image 1.0

Agrandir

Sans intervention, l'embâcle pourrait bloquer la montaison du saumon vers ses frayères en amont de la Saint-Jean.

Photo Benjamin Wadham Gagnon

En novembre, l'entrepreneur Gestion AJ de Rimouski a construit un chemin d'accès vers l'embâcle, situé en terrain boisé. Dès que la glace sera assez solide, l'embâcle sera démantelé à la pelle mécanique. L'entrepreneur effectuera le travail à la tronçonneuse l'été prochain.

Le bois récupérable, soit 10 % d'un volume estimé à plus de 5000 mètres cubes, sera vendu. Le reste sera empilé sur une île dans le delta de la Saint-Jean.

En 1994, l'embâcle mesurait 100 mètres et aurait coûté 21 000 $ à démanteler, se rappelle Jean Roy, directeur de la Société de gestion des rivières du grand Gaspé. Dès le début des années 2000, une première étude sur l'embâcle et ses impacts potentiels a été réalisée. «On pensait toujours que la nature allait arranger ça, indique M. Roy. Il y avait peut-être d'autres urgences à l'époque, mais on retient qu'à l'avenir, il faudra être plus vigilant et objectif dans la façon de s'en occuper.»

M. Roy déplore que son organisme, mandaté pour gérer la pêche au saumon, ait été «le seul à se préoccuper de la problématique». «C'est toujours nous qui sollicitions le Ministère [provincial responsable de la Faune], qui avons couru après les études, le financement [...] On va s'assurer que d'autres que nous prennent la pole dans l'avenir.»

Le démantèlement devait avoir lieu l'hiver dernier, mais l'aide financière de Québec, aujourd'hui acquise, manquait à l'appel. Depuis, les crues du printemps ont ajouté 250 mètres à l'embâcle. Cet ajout et le délai ont fait gonfler les coûts de 60 000 $ pour atteindre un total de 550 000 $.

Sans intervention, l'embâcle pourrait bloquer la montaison du saumon vers ses frayères en amont de la Saint-Jean. Quatre fois depuis 2006, une brèche a dû être ouverte à la tronçonneuse pour lui livrer passage. À plus long terme, l'embâcle menace aussi des chalets, le pont qui enjambe la route 132 en amont et la future prise d'eau potable de la ville de Gaspé.

Jean Roy souhaite un hiver rigoureux, sans redoux, afin que l'entrepreneur puisse terminer le démantèlement. Et ce printemps, il se promet une descente en canot de la Saint-Jean. «Ça fait des années qu'on n'a pas pu faire ça!» dit-il.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer