Terminal pétrolier à Lévis: le ministre Blaney se montre prudent

Le député fédéral de Lévis-Bellechasse, Steven Blaney, a... (La Presse Canadienne, Adrian Wyld)

Agrandir

Le député fédéral de Lévis-Bellechasse, Steven Blaney, a refusé de dire s'il souhaitait ou non la construction d'un terminal pétrolier dans sa circonscription.

La Presse Canadienne, Adrian Wyld

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Steven Blaney, député fédéral de Lévis-Bellechasse, aussi ministre du gouvernement conservateur, louvoie quand il est question de l'éventuel déménagement du terminal pétrolier de TransCanada dans sa circonscription.

Interrogé sur les suites du projet d'oléoduc Énergie Est, qui semble s'éloigner de Cacouna avec l'inscription des bélugas sur la liste des espèces en voie de disparition,M. Blaney est demeuré très prudent, hier. Il a évité de dire s'il souhaitait ou non la construction d'un terminal pétrolier dans la circonscription qu'il représente à la Chambre des communes.

Selon la documentation déposée par TransCanada à l'Office national de l'énergie, l'est de Lévis répond aux principaux critères établis pour déterminer le meilleur emplacement du terminal pétrolier. C'est de là que le pétrole de l'Ouest canadien serait chargé dans des navires pour être exporté.

«Il revient aux promoteurs de présenter des options, puis ensuite de s'assurer qu'elles respectent les normes environnementales et de s'assurer qu'il y a l'acceptabilité sociale du milieu. Je laisse le soin aux promoteurs d'orienter leur projet. Nous, on resserre les normes au niveau de la construction des pipelines, on resserre les normes environnementales et on s'attend à ce que les promoteurs fassent la démonstration qu'ils rencontrent nos exigences environnementales et sociales», a fait valoir le ministre fédéral.

En début de semaine, le gouvernement conservateur a annoncé le dépôt d'un projet de loi pour rendre les entreprises responsables des fuites de leurs pipelines. Elles devront dorénavant assumer tous les dégâts s'il s'agit d'une faute ou de négligence.

Interrogé sur la réaction de ses citoyens face au projet d'oléoduc, M. Blaney s'est d'abord concentré sur les commentaires positifs, affirmant que plusieurs producteurs agricoles démontraient un intérêt pour les «retombées économiques». Si des compensations sont promises pour le passage sur des terres privées, l'Union des producteurs agricoles (UPA) réclame plutôt des redevances annuelles pour toute la durée de vie de l'équipement.

Rien d'autre? «J'ai rencontré des gens qui avaient des préoccupations, puis je m'attends à ce que le promoteur soit en mesure de répondre à leurs attentes», a ajouté M. Blaney, sans identifier plus clairement ces «préoccupations».

La ville s'oppose

Le maire de Lévis a déjà signifié son opposition à la construction d'un terminal pétrolier à Lévis. Il a aussi critiqué le tracé du pipeline, qui passe sous le fleuve à la hauteur de Saint-Nicolas, puis doit traverser deux rivières, la Chaudière et l'Etchemin, non sans difficultés. Selon Gilles Lehouillier, il y a des risques pour l'approvisionnement en eau potable des citoyens.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer