Projet d'oléoduc Énergie Est: 30 000 pages traduites en français

-... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

-

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) TransCanada Pipelines traduira les 30 000 pages supportant son projet d'oléoduc. Mais il ne les déposera pas devant l'Office national de l'énergie. En cas de discordance entre les versions française et anglaise, l'anglais prévaudra.

Le porte-parole d'Oléoduc Énergie Est a confirmé la décision prise par le promoteur. Tim Deboyce a avancé que déjà beaucoup de documents ont été traduits par l'entreprise. Il a estimé que c'est le cas pour 40 % d'entre eux.

M. Deboyce a répondu que cette version dans la langue de Michel Tremblay ne se retrouvera pas dans les dossiers consignés pour les audiences de l'ONE. «Pour des raisons juridiques, il n'est pas possible de les dédoubler et de les déposer à l'Office national de l'énergie.

«Notre service du contentieux nous dit que s'il n'y a pas de concordance entre les deux versions, cela peut poser des problèmes juridiques plus tard, a-t-il poursuivi. «L'ONE ne nous oblige pas» à remettre les études dans les deux langues, une information déjà confirmée au Soleil par un haut dirigeant de l'organisme de régulation fédérale.

L'anglais d'abord

«Nous avons choisi de déposer dans une langue et cette langue, comme vous l'avez vu, c'est l'anglais.» Le porte-parole n'a pas nié qu'il y a une conséquence à ne recourir qu'à l'anglais pour les documents officiels pris en compte par les commissaires.

«Je ne suis pas avocat. Ce que je comprends, c'est que la version, en cas de [litige] juridique et légal, c'est la version qui est déposée à l'ONE qui prime.»

Tim Deboyce a mentionné que des discussions ont lieu avec l'Office sur «la possibilité d'installer des liens sur le site Web» pour orienter les intéressés vers celui de TransCanada ou se trouveront les documents en français.

Tout ne sera pas instantanément traduit. «Nous prioriserons un certain ordre [...] pour les documents les plus utiles aux gens qui participeront aux consultations. Tout ce qui parle spécifiquement du projet au Québec et au Nouveau-Brunswick est déjà traduit.»

L'entreprise examine la possibilité de distribuer la version tout le long du tracé qui va de l'Alberta pour se diriger vers Cacouna, au Québec, et Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick. Vu la masse d'analyses, cela devrait se faire sur support électronique.

Il y a deux semaines, le Commissaire aux langues officielles a été saisi d'une plainte officielle dans ce dossier. Yvon Godin, député du NPD à Ottawa, a écrit au titulaire du poste, Graham Fraser. «Compte tenu de l'importance de l'enjeu pour les communautés francophones affectées par le projet, je vous demande d'enquêter dans les plus brefs délais.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer