Stratégie de communications de TransCanada: le ministre Arcand hausse les épaules

Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) Le ministre québécois Pierre Arcand ne trouve rien à redire de la campagne de communications orchestrée pour TransCanada Pipelines, préconisant de faire pression sur les écologistes, de recruter des personnalités et de cataloguer les journalistes.

Le ministre des Ressources naturelles a accueilli avec un haussement d'épaules ce que le Parti québécois a qualifié en Chambre de «stratégie de manipulation de l'opinion publique».

La veille, Greenpeace a dévoilé la campagne mise au point par la plus importante firme de relations publiques au monde, Edelman, pour vendre aux Québécois le projet de l'oléoduc Énergie Est.

Le plan de travail met notamment de l'avant «d'ajouter des obstacles aux opposants», de «distraire» les environnementalistes et de répondre «à toute attaque négative». Pour ce faire, «nous armerons [les "tierces parties"] avec l'information dont elles ont besoin pour mettre de la pression sur les opposants».

Bernard Drainville a réclamé en vain que le ministre Arcand dénonce les tactiques suggérées. Le critique péquiste s'est élevé contre la prétention d'Edelman, voulant que les Québécois «ne sont pas familiarisés avec le pétrole comme source d'énergie». Il s'est indigné que la firme préconise «d'instrumentaliser l'émission [télévisée] Découverte» aux fins d'éduquer la population.

Pierre Arcand s'est refusé à commenter les informations qui ont été coulées à Greenpeace. Le ministre a suggéré qu'il n'est ni surpris ni choqué par la campagne suggérée à TransCanada.

«Comme vous le savez, tous les jours, il y a différentes stratégies qui sont faites par différents groupes de pression pour tenter, chaque jour, d'influencer le gouvernement dans différents domaines.

«Chacun essaie de faire valoir ses objectifs. Chacun essaie de faire la promotion de son dossier.» Pour le ministre des Ressources naturelles, «ce ne sont pas les stratégies de communication de nos entreprises qui vont nous influencer».

M. Arcand a plutôt insisté sur les différents examens qui rejoignent le projet de pipeline qui amènerait du pétrole de l'Ouest, notamment des sables bitumineux de l'Alberta, vers des ports pétroliers à Cacouna, au Québec, et Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

Il a notamment cité le mandat à la Régie de l'énergie sur l'approvisionnement en gaz naturel et les études environnementales stratégiques sur les hydrocarbures. «Ce qui nous intéresse, ce sont les études objectives», a laissé tomber M. Arcand à l'Assemblée nationale.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer