Consignation de bouteilles de vin: Leitão ouvert à une réflexion

Carlos Leitão a estimé qu'il faut «améliorer tout... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Carlos Leitão a estimé qu'il faut «améliorer tout le système de consignation» et indiqué que la Société des alcools du Québec pourrait faire partie de la solution.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après le ministre de l'Environnement, c'est au tour du ministre québécois des Finances, Carlos Leitão, de se montrer ouvert à l'idée que les millions de bouteilles de vin vendues chaque année par la Société des alcools du Québec soient un jour consignées.

Il existe un enjeu financier et économique sur cette question pour la Société des alcools du Québec, postule le ministre des Finances. Mais il faut aussi l'analyser «d'un point de vue environnemental», dit-il.

Carlos Leitão n'a pris aucun engagement lors du bref entretien qu'il a accordé au Soleil, mardi. Il a estimé qu'il faut «améliorer tout le système de consignation» et indiqué que la Société des alcools du Québec pourrait faire partie de la solution.

Simple posture médiatique? Certains le croient en rappelant qu'il est difficile d'être contre la vertu. Mais ces personnes ajoutent que les mots du ministre, si prudents soient-ils, se rendront jusqu'à la Société des alcools du Québec.

Elles croient que la société d'État ne pourra pas toujours dire non en faisant valoir les difficultés et les obstacles qu'il y aurait à inclure les bouteilles de vin vendues au Québec dans le circuit de la consignation, plutôt que de les laisser dans celui de la récupération. Le premier est plus efficace que le second sur le plan environnemental.

Fin octobre, un collègue de M. Leitão, David Heurtel, avait promis que le système de consignation québécois serait amélioré. Il n'excluait pas qu'il inclue un jour les bouteilles de vin. «On n'exclut rien à ce moment-ci. La question de la consigne des bouteilles de vin fait partie de la réflexion», avait précisé le ministre de l'Environnement.

Deux ministres du gouvernement de Philippe Couillard ont beau jusqu'ici s'être dits ouverts à l'idée que les bouteilles de vin soient éventuellement consignées, aucun comité de réflexion ou de travail ad hoc dans l'un ou l'autre des ministères dont ils ont la charge n'a été mis sur pied.

Le Québec et le Manitoba sont les seules provinces canadiennes où les bouteilles de vin et de spiritueux ne circulent pas dans un système de consignation. Des groupes écologistes pressent Québec de forcer la main à la société d'État.

Il semble que le gouvernement Couillard attende de recevoir l'étude générale commandée par le ministère de l'Environnement et Recyc-Québec sur la «performance des systèmes de consignation et de collecte sélective» avant de se commettre formellement. L'idée de cette étude a été lancée il y aura bientôt deux ans par le prédécesseur de David Heurtel, Yves-François Blanchet, alors que le gouvernement de Pauline Marois était au pouvoir. Le document devrait finalement être prêt d'ici mars.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer