La Ville de Québec favorable à la consigne des bouteilles de vin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Stéphanie Martin
Le Soleil

(Québec) La Ville de Québec appuiera le mouvement qui réclame la consigne des bouteilles de vin et de spiritueux.

«Nous, à la Ville de Québec, on est en train d'étudier la proposition du groupe Les Amis de la terre en collaboration avec Pro consigne. Et si tout va bien, je pense que le conseil de ville va approuver l'appui à la consigne», a révélé mardi le conseiller municipal  membre du comité exécutif et responsable du dossier des matières résiduelles à la Ville de Québec, Steeve Verret. 

M. Verret a informé les journalistes de cette prise de position en marge d'une visite de presse du centre de tri de Québec, où il a justement beaucoup été question du verre, qui est l'une des matières triées dans l'usine, mais qui est parmi les plus coûteuses à traiter, étant donné le marché très bas. 

Qui doit faire l'effort de prendre en charge la consigne? Est-ce à la Société des alcools du Québec (SAQ) qui est le principal producteur de bouteilles au Québec? Le conseiller répond par une question. «Est-ce que c'est la SAQ directement qui doit faire l'effort ou le gouvernement qui doit changer les orientations? On est en train d'étudier la proposition de Pro consigne et ça va passer au conseil de ville.» Le tout devrait se concrétiser dans les prochaines semaines, indique M. Verret.

Partout sauf au  Québec et au Manitoba

Le Québec et le Manitoba sont les deux seules provinces canadiennes où la consigne des bouteilles de vin et de spiritueux n'existe pas. En ce moment, les bouteilles déposées dans le bac bleu se retrouvent au centre de tri où le verre est concassé. Mais, on l'a constaté lors de la visite, la matière est «contaminée» par toutes sortes d'autres matières - des bouchons de plastique et de métal, des bouts de papier, etc. - et a moins de valeur que si elle était pure. 

Le centre de tri reçoit 8000 tonnes de verre par année qui coûtent environ 30 $ chacune à traiter, incluant le transport, indique le conseiller en environnement à la Ville de Québec Mathieu Fournier. On doit donc payer pour le valoriser, contrairement à des matières comme l'aluminium ou le plastique de type 2, qui se vendent à fort prix en ce moment.

Même si les principales usines qui le retransformaient en verre au Québec ont fermé leurs portes, Québec continue de «valoriser» le verre. Elle l'envoie à Coaticook pour qu'il soit utilisé comme matériau filtrant, à Portneuf pour être transformé en sable pour filtreurs à piscines ou à Trois-Rivières où il est utilisé comme abrasif pour le sablage. 

«On n'a jamais entreposé le verre et on ne l'a jamais enfoui», insiste M. Fournier, qui se débat quotidiennement pour détruire des mythes qui ont la vie dure. Il convient cependant que certains centres de tri au Québec ont dû avoir recours à ces méthodes.

Un trou dans le budget

Il souligne que la SAQ a cessé de subventionner le transport du verre au Québec, ce qui a creusé un trou dans les budgets. Mais le traiter comme on le fait actuellement, même si cela représente un coût, est préférable à l'enfouissement. «Si on l'enfouissait ou si on l'envoyait à l'incinérateur, ça serait une aberration profonde, autant pour l'environnement que pour nos opérations. C'est 18 fois moins cher d'envoyer une tonne de verre au recyclage que de l'envoyer à l'incinérateur.»

Outre la consigne, il existe d'autres avenues prometteuses pour le verre, explique Jean-Sébastien Daigle, vice-président aux opération chez la Société Via, qui est en charge de l'opération du centre de tri.

On est à développer des trieuses optiques qui permettront de trier le verre en fonction de sa couleur, et donc permettre de mieux nettoyer la matière. 2M Ressources de Saint-Jean-sur-Richelieu sera en mesure d'acheter une grande partie du verre au Québec dès décembre 2014 ou janvier 2015 pour le retransformer en verre.

D'autres projets d'utilisation du verre dans des dalles d'espaces de jeu pour enfants ou dans des pièces de béton sont en cours d'élaboration également, énumère M. Daigle.

Parmi toutes les matières reçues au centre de... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 2.0

Agrandir

Parmi toutes les matières reçues au centre de tri de Québec, le verre est la plus coûteuse à traiter. 

Le Soleil, Erick Labbé

Du bac bleu aux vidanges, un mythe!

«Le mythe que tout ce qu'on met dans le bac bleu va aux vidanges, on se bat quotidiennement avec ça, mais ça ne peut pas être plus faux!» lance le conseiller en environnement Mathieu Fournier.

Lors de la visite de presse du centre mardi, il a beaucoup insisté sur le fait que l'enfouissement ou l'incinération est beaucoup plus coûteux que la récupération, jusqu'à 18 fois plus cher pour la plupart des matières, a-t-il chiffré. Aussi, 90 % de ce qui se retrouve au centre de tri de la Ville de Québec est récupéré dans le centre qui a récemment été modernisé au coût de 6 millions $. Le reste constitue des rejets.

Le centre accepte maintenant les plastiques de type 1 et les sacs de plastique, qui doivent être déposés dans un grand sac bien noué, dans le bac bleu. Quant à la destination de ces matières, c'est principalement le Québec pour le plastique, le verre et le métal, et l'Asie pour le papier journal. Mais pas pour y être brûlé comme combustible dans des usines, avise-t-il, car une tonne de charbon est beaucoup moins chère qu'une tonne de papier importé de Québec. 

En vrac

Vu au centre de tri (et qui ne devrait pas s'y retrouver) :

  • Un tricycle
  • Des boyaux d'arrosage
  • Un casque de hockey
  • Une tablette de métal
  • Un sapin de Noël synthétique
  • Un matelas de sol
  • Un ballon de basketball
  • Des serviettes
  • Des vêtements
  • Des meubles de jardin
  • Des disques de frein
  • Des haltères

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer