Un projet de connexion des deux centrales d'eau potable à Lévis

Gilles Lehouillier a vanté la nouvelle usine de... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Gilles Lehouillier a vanté la nouvelle usine de production d'eau potable Desjardins, qu'il qualifie d'une «des plus modernes en Amérique du Nord».

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) La Ville de Lévis souhaite mettre en place un réseau permanent de canalisations reliant son usine d'eau potable Desjardins, au centre-ville, à celle de Saint-Romuald. Sans plan ni budget, le maire Lehouillier parle d'un projet à long terme qui permettra à Lévis de se prémunir contre une nouvelle contamination de la rivière Chaudière, comme celle survenue après la tragédie de Lac-Mégantic, en juillet 2013.

Profitant de la journée portes ouvertes à l'usine de production d'eau potable Desjardins, dont les travaux de rénovation de 61 millions $ se sont terminés en septembre, le maire de Lévis a jeté les premières bases d'un projet d'interconnexion de ses deux centrales, dimanche. 

Sa vision s'inspire des conséquences de la catastrophe de Lac-Mégantic, qui en plus de faire

47 victimes, a contaminé d'hydrocarbure les eaux de la rivière Chaudière, forçant Lévis à installer un système de pompage temporaire dans la rivière Beaurivage pour alimenter l'ouest de la ville. 

Subvenir à ses besoins

Le coûteux système de remplacement a déjà englouti 6 millions $, somme qui sera par ailleurs remboursée à Lévis par le provincial, a assuré le maire. Plutôt que de se rabattre sur une option de secours et à découvert, Gilles Lehouillier veut donner la possibilité à la Ville de subvenir à ses besoins à même son réseau.

La pièce la plus importante de cet imposant projet est en soi la nouvelle usine de production d'eau potable Desjardins, complètement rénovée. «C'est l'une des usines les plus modernes en Amérique du Nord. Les meilleurs équipements au monde sont ici», s'est vanté le maire.

En cas de contamination de la rivière Chaudière, dans laquelle la centrale de Saint-Romuald puise son eau, la centrale du centre-ville pourrait compenser et subvenir au besoin de tout le territoire, croit M. Lehouillier. Actuellement, moins de la moitié de la capacité de 67 000 m3 d'eau est utilisée. «On pourrait facilement alimenter l'ouest de la ville [en cas d'urgence]», croit le maire. Les améliorations apportées à la centrale Desjardins permettront de soutenir le développement de Lévis pour les 30 prochaines années, en plus de conserver une marge de manoeuvre pour les imprévus.

Tout ce projet doit être imbriqué dans un éventuel plan triennal d'immobilisation. Le prochain couvrira les années 2017-2018-2019. En entrevue au Soleil, M. Lehouiller a parlé d'un objectif de «sept ou huit ans» pour compléter sa vision. Un objectif bien provisoire, dit-il, puisqu'un plan d'action sera mis en place pour détailler un potentiel échéancier. Aucun budget n'est avancé.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer