Poussière rouge: le recours collectif contre le Port et Arrimage autorisé

La citoyenne du Vieux-Limoilou Véronique Lalande... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

La citoyenne du Vieux-Limoilou Véronique Lalande

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Deux ans presque jour pour jour après l'épisode de poussière rouge, la Cour supérieure autorise le recours collectif intenté par un couple de Limoilou contre le Port et Arrimage Québec.

Le juge Pierre Ouellet accueille la requête présentée par la citoyenne du Vieux-Limoilou Véronique Lalande et son conjoint Louis Duchesne.

Le magistrat autorise donc l'exercice d'un recours collectif pour tous les résidents de Vieux-Limoilou, Saint-Roch, Saint-Sauveur, Saint-Malo et Maizerets qui ont vu leur logis recouvert par un nuage de poussière rouge dans la nuit du 25 au 26 octobre 2012.

Cette poussière provenait des installations de transbordement de minerai de fer sur le site exploité par Arrimage Québec, dans le secteur de la Baie de Beauport.

Il est encore difficile de savoir combien de gens pourront être indemnisés en cas de gain. Lors de la requête en autorisation, Arrimage Québec craignait de voir jusqu'à 50 000 citoyens adhérer au recours collectif.

Chose certaine, si un juge donne raison aux citoyens lors du procès, chaque membre du recours pourra réclamer 3000 $ pour les inconvénients liés à l'exposition à la poussière et aux frais de nettoyage.

Le juge Ouellet écarte toutefois la réclamation de dommages-intérêts punitifs ainsi que l'injonction recherchée par le couple de Limoilou. Véronique Lalande et Louis Duchesne demandaient en effet une injonction du tribunal pour forcer le Port et Arrimage Québec à éliminer toute émission de poussière et à mettre en place des mesures permanentes, dont des stations de mesures gérées par un tiers indépendant.

Le couple tentera d'obtenir cette injonction et des solutions permanentes au problème lors d'un second recours collectif, qui reste encore à être autorisé. Ce recours viendrait dédommager les citoyens incommodés par la poussière sur une période de trois ans.

«Ce que les gens veulent, c'est que ça arrête, la poussière, donc pour nous, l'injonction est très importante», explique Mme Lalande.

Malgré les restrictions, l'accueil du recours collectif est déjà une grande victoire pour les citoyens, estime Véronique Lalande. «On voit que ce ne sont pas quelques personnes qui ont eu des désagréments, mais toute une communauté, insiste-t-elle. Le Port et la compagnie Arrimage Québec vont devoir se défendre et ça aura des impacts importants pour eux.»

Pour plus d'information : http://www.vigilanceportdequebec.com/

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer