Zones inondables: Labeaume somme Heurtel de reculer

Le ministre de l'Environnement, David Heurtel... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le ministre de l'Environnement, David Heurtel

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Régis Labeaume est furieux contre le ministère de l'Environnement dans le dossier des zones inondables. Il somme le ministre David Heurtel de retirer quelque 2000 maisons des zones inondables une fois que les travaux autour de certaines rivières, dont la Lorette, seront terminés.

La position du maire de Québec est claire: la Ville de Québec investira 60 millions $, dont 16 millions $ déjà injectés pour résoudre les problèmes de débordement de rivières comme la Lorette et la rivière Beauport. Or, le ministère de l'Environnement estime que malgré ses travaux, les maisons situées à l'intérieur de la nouvelle carte de zones inondables le resteront.

Un non-sens, selon le maire de Québec, inquiet pour les centaines de citoyens de Québec et de L'Ancienne-Lorette qui pourraient voir leur résidence perdre de la valeur et devenir difficilement assurable.

«C'est pas vrai qu'en trouvant des solutions pour ces gens-là, on va hypothéquer leur patrimoine», a lancé M. Labeaume lundi. Il demande au ministre Heurtel de casser la décision. «Je veux qu'il nous confirme que ce n'est pas le cas. On veut une prise de position publique, nette. Et ensuite on veut tout ça par écrit.»

«Bureaucratie» gouvernementale

La source de sa réaction est un article du Devoir paru jeudi dans lequel le Ministère nie qu'une maison située en zone inondable perd de la valeur.

Plus encore, la Ville a reçu une lettre confirmant ses craintes. «Les travaux ne permettront pas d'éliminer les contraintes d'aménagement en zone inondable», peut-on lire dans la missive adressée signée du sous-ministre Gilbert Charland. «Pas de problème d'assurance ou de valeur de propriété? Nous ne le croyons pas. Allez dans une zone inondable et demandez s'ils sont capables de s'assurer», a lancé M. Labeaume.

Et si cette interprétation vient de la «bureaucratie» gouvernementale, le ministre doit s'en détacher, estime-t-il. D'autant plus que le Ministère exige que la Ville inclue la nouvelle carte dans son schéma d'aménagement. «Nous attendons du ministre une réponse rapide parce qu'il y a des gens angoissés. Il n'est pas question d'inclure les zones inondables dans notre schéma d'aménagement», a dit M. Labeaume.

«Changement de cap»

Questionnée par l'opposition qui se demandait pourquoi une telle nouvelle tombe maintenant alors que la question est discutée depuis longtemps, la conseillère responsable de l'aménagement du territoire, Julie Lemieux, a parlé de «changement de cap» du Ministère. Ce qui était convenu, a-t-elle expliqué, était d'adopter la carte, de faire les travaux et ensuite retirer les maisons des zones inondables.

L'attachée de presse de David Heurtel, Marie-Julie Couturier, a indiqué en soirée que le ministre réagira aujourd'hui. Au cabinet du maire de L'Ancienne-Lorette, Émile Loranger, on a aussi réservé ses commentaires lundi soir.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer