Des crédits carbone pensés pour les jeunes

Le maire de Lévis, Gilles Lehouiller, et Pauline... (Photo fournie par la coopérative Forêt d'Arden)

Agrandir

Le maire de Lévis, Gilles Lehouiller, et Pauline D'Amboise, du Mouvement Desjardins, annonçaient la compensation des émissions de gaz à effet de serre par la Ville de Lévis et le Sommet International des coopératives par les crédits carbone éducatifs.

Photo fournie par la coopérative Forêt d'Arden

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une forêt d'un nouveau genre pousse en plein coeur de Lévis. En fait, c'est la coopérative Forêt d'Arden fondée il y a quatre ans pour l'éducation à l'écocitoyenneté. Elle vient de lancer, pendant le Sommet international des coopératives à Québec, ses crédits carbone éducatifs (CCE) issus de son projet de la Bourse scol'ERE comme outil de compensation des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Le projet éducatif a commencé par des animations en classe pour sensibiliser les élèves du primaire. Lorsqu'une classe adhère au programme, ou qu'une école le fait, les jeunes doivent suivre la formation et les animations d'une durée totale de 10 heures. Les jeunes s'engagent à poser des gestes concrets pour implanter des habitudes que l'on souhaite permanentes.

«Ce sera de ne plus apporter de bouteille d'eau en plastique, mais d'utiliser des contenants réutilisables et prendre l'eau du robinet», soulignent Charles-Hugo Maziade, directeur du projet éducatif, et Pamela Severini, présidente de la coopérative et membre fondatrice.

Parmi les neuf défis, il y a le geste d'abaisser la température des thermostats de trois degrés pour la nuit et lorsqu'il n'y a personne à la maison, ou d'inviter les parents à conduire de façon plus «cool», c'est-à-dire éviter les excès de vitesse, et bien d'autres petits gestes.

Pendant les deux premières années, la coopérative a formé des «enquêteurs» avec le volet «je m'engage» dans les classes avant de passer, entre 2012 et 2014, au volet «je compense» avec la création de la Bourse scol'ERE. Cette semaine, la création des crédits carbone éducatifs complète la boucle du projet.

En conférence de presse, le maire Gilles Lehouillier a indiqué que «Lévis devient la première ville à compenser une partie de ses émissions de gaz à effet de serre par l'achat des CEE. D'une durée de quatre ans, l'entente prévoit l'achat de crédits jusqu'à concurrence de 25 000 $ par année, selon la quantité de CO2 émis par les camions de collecte des déchets».

Même le Sommet des coopératives s'est engagé à compenser pour les déplacements des congressistes jusqu'à un maximum de 100 000 $ en CCE, soit entre 5000 et 7500 tonnes de GES. Parmi les autres partenaires financiers, la Forêt d'Arden peut compter sur le Mouvement Desjardins et la société VIA.

Tout cet argent servira au développement et à la diffusion du projet éducatif dans de nouvelles écoles de la grande région de Québec et Lévis ainsi que dans la région de la Chaudière-Appalaches.

En quatre ans, 2511 élèves ont pris un engagement, ce qui a généré plus de 7000 nouveaux gestes écoresponsables, tout en évitant 5500 tonnes de GES. Les crédits peuvent être achetés par des citoyens, des entreprises, des institutions et même des événements corporatifs à un coût de 30 $ le crédit pour éviter une tonne de GES.

Sites Web : www.foretdarden.com et www.boursescolere.com

Vidéo éducatif : youtu.be/tPy9x-vyL3Eh

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer