Rivière Lorette: Loranger en croisade pour ses citoyens... et ceux de Québec

Des 721 lots situés sur les berges de... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Des 721 lots situés sur les berges de la rivière Lorette, seulement 157 se trouvent à L'Ancienne-Lorette, les autres étant situés sur le territoire de la Ville de Québec.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Baptiste Ricard-Châtelain, Matthieu Boivin
Le Soleil

(Québec) Même s'ils ont encaissé une fin de non-recevoir du ministre de l'Environnement, les propriétaires des berges de la rivière Lorette ne perdent pas espoir. Ils ont lancé jeudi soir une nouvelle offensive pour faire modifier la nouvelle carte des zones inondables qui pourrait faire perdre de la valeur à leur maison, et qui doit être adoptée le 21 octobre prochain, à la réunion du Conseil d'agglomération.

Devant une salle bondée d'environ 150 personnes à la bibliothèque municipale, dont plusieurs dizaines de résidents de Québec, le maire de L'Ancienne-Lorette, Émile Loranger, a lancé un véritable cri du coeur, afin d'inciter les citoyens à se mobiliser.

«Il y a des gens qui ne seront jamais inondés qui se retrouvent sur cette carte!» a indiqué M. Loranger. En entrevue avec Le Soleil, M. Loranger a expliqué que le fait d'avoir sa propriété sur cette carte, même si dans les faits elle n'est pas à risque d'être touchée par la crue de la rivière, fait en sorte que la valeur de la maison va tout de même diminuer. De façon significative. Les gens vont éprouver de la difficulté à vendre leur propriété, à se faire assurer ou obtenir un prêt pour rénover leur demeure.

«Qui va acheter une maison dans une zone inondable?» a fulminé le maire, à la conclusion de la rencontre d'information.

Qui l'eut cru? Émile Loranger qui se porte à la défense des citoyens de la ville de Québec. Des 721 propriétés concernées, seulement 157 se trouvent à L'Ancienne-Lorette. La balance est dans les limites de la capitale.

Le maire Loranger explique qu'une firme embauchée par L'Ancienne--Lorette a relevé des erreurs dans la carte des zones inondables. Notamment, la carte ne tiendrait pas compte des travaux de dizaines de millions de dollars qui doivent être réalisés sur la rivière Lorette afin d'améliorer son débit.

«C'est une dernière tentative pour pouvoir faire renverser la décision, [...] pour faire entendre le bon sens», a pour sa part expliqué le président du Regroupement Sinistrés Entraide, Mario Dubé. Les opposants craignent l'adoption du document à la prochaine réunion du Conseil d'agglomération.

Caire à la rescousse

Les citoyens comptent s'organiser rapidement afin de faire signer une pétition aux résidents touchés. Ils espèrent que le ministre de l'Environnement, David Heurtel, permettra à l'agglomération d'attendre avant d'approuver la carte. Pour sa part, M. Loranger tentera d'obtenir une rencontre d'urgence avec le ministre Heurtel, avant la rencontre du 21 octobre. Le député caquiste Éric Caire, qui était présent jeudi à la réunion, épaulera le maire dans sa démarche.

«Fondamentalement, le ministre [Heurtel] n'a aucune idée de ce qui se passe dans ce dossier-là!» a affirmé M. Caire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer