Gaspé: le pdg de Pétrolia accueilli par des manifestants

La présidente du comité Ensemble pour l'avenir durable... (Collaboration spéciale Geneviève Gélinas)

Agrandir

La présidente du comité Ensemble pour l'avenir durable du grand Gaspé, Lise Chartrand, et d'autres manifestants ont été escortés hors de la salle où Pétrolia tenait sa rencontre.

Collaboration spéciale Geneviève Gélinas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Geneviève Gélinas

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Gaspé) Le pdg de Pétrolia, Alexandre Gagnon, s'attendait à rencontrer des gens d'affaires lundi à Gaspé; il a plutôt surtout eu affaire à des opposants au développement pétrolier, bien décidés à empêcher le forage de Haldimand n° 4, situé à 350 mètres de maisons.

Une vingtaine de manifestants ont d'abord brandi des affiches et scandé des slogans à l'entrée de l'Hôtel des Commandants, où avait lieu la rencontre. «L'eau à Gaspé doit rester potable, ont-ils lancé. Nous aussi, on investit. Notre argent, faut le mettre dans le durable.»

Pétrolia avait invité les gens d'affaires; la douzaine de personnes dans la salle était plutôt composée à moitié de citoyens critiques par rapport au développement pétrolier.

Deux d'entre eux se sont levés pour déployer une banderole «Dehors Pétrolia» derrière M. Gagnon. Des manifestants sont aussi entrés dans la salle en scandant des slogans. Deux policiers de la Sûreté du Québec les ont fait sortir après quelques minutes.

Entretemps, un échange de mots entre un opposant et le porte-parole du Regroupement pour l'avancement économique de la Gaspésie (pro-pétrole), Gaston Langlais, s'est soldé par une plainte à la police. L'opposant n'a pas apprécié que M. Langlais le menace de lui «fourrer une claque».

Le forage de Haldimand n° 4, un puits horizontal, doit avoir lieu en octobre. Pétrolia réalisera ces travaux de 7,5 millions de dollars en partenariat avec Québénergie, une filiale du groupe français SCDM.

«Haldimand n° 4 vise à démontrer la viabilité économique du projet, à voir si on peut récupérer le pétrole, a expliqué M. Gagnon. Il se peut qu'après [ce forage], il n'y ait pas de projet Haldimand.»

Le pdg a rappelé que le règlement sur la protection de l'eau potable adopté par Québec permet le forage à 500 mètres d'une source d'eau et que la plus proche est à 850 mètres de Haldimand n° 4. Une étude de l'INRS, commandée par le ministère de l'Environnement, conclut que le forage ne mettrait pas à risque les sources d'eau potable du secteur, a ajouté M. Gagnon.

Les opposants continuent de craindre la contamination de l'eau et de l'air. La présence de méthane dans l'eau souterraine près de Haldimand n° 1 n'a toujours pas été éclaircie, a rappelé Lise Chartrand, présidente du comité Ensemble pour l'avenir durable du grand Gaspé. «On vous promet une de ces batailles! On ne vous laissera pas forer chez nous», a-t-elle déclaré à M. Gagnon.

«C'est certain que M. Gagnon est resté immuable, a commenté Mme Chartrand à l'issue d'une rencontre avec le pdg, mais je suis certaine que [nos actions] auront un effet sur les gens d'affaires d'ici, sur les actionnaires de Pétrolia et sur les citoyens d'ici qui n'ont pas encore entendu le sérieux et la pertinence de notre argumentaire.»

Pour sa part, M. Gagnon estime toujours que le projet Haldimand obtient l'acceptabilité sociale à Gaspé. Le pdg de Pétrolia est à mi-parcours d'une tournée qui le mènera aujourd'hui à Rimouski, jeudi à Baie-Comeau et vendredi à Sept-Îles.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer