Exclusif

L'Université Laval refuse l'oléoduc Énergie Est sur sa ferme expérimentale

«Le passage de l'oléoduc Énergie Est sur notre... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

«Le passage de l'oléoduc Énergie Est sur notre site expérimental perturberait grandement les travaux scientifiques actuels et limiterait les travaux pouvant être réalisés dans le futur. [L'oléoduc] nuirait à la raison d'être de cette ferme expérimentale» - Extrait de la lettre envoyée à TransCanada par l'Université Laval

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'Université Laval refuse que l'oléoduc Énergie Est traverse les terres de sa ferme expérimentale à Saint-Augustin-de-Desmaures. Dans une lettre transmise à TransCanada Pipeline le 24 octobre dernier, le vice-recteur exécutif et au développement, Éric Bauce, explique que la conduite «perturberait grandement les travaux scientifiques actuels» et limiterait ceux pouvant être réalisés à l'avenir.

L'établissement universitaire dit avoir pris le temps d'analyser les impacts du passage de l'oléoduc sur les terres de sa ferme expérimentale. Celles-ci occupent une superficie de 280 hectares et sont situées au sud de la route 138, à la hauteur du chemin Girard. De nombreux projets d'enseignement et de recherche en sciences de l'agriculture et de l'alimentation y sont réalisés.

Le tracé de la conduite, qui doit parcourir la rive nord du fleuve Saint-Laurent avant de le traverser à la hauteur de Saint-Augustin, a été connu au cours de l'été. Il a cependant déjà subi des modifications, notamment parce que le maire de la municipalité, Marcel Corriveau, s'opposait à ce qu'elle passe à quelques mètres de résidences situées en bordure du fleuve. Mais ce n'est que le 23 octobre que le conseil d'administration de l'Université Laval s'est prononcé en défaveur et a fait parvenir le lendemain une missive à TransCanada.

Tracé non définitif

«Nos éléments d'analyse nous ont permis de conclure que le passage de l'oléoduc Énergie Est sur notre site expérimental perturberait grandement les travaux scientifiques actuels et limiterait les travaux pouvant être réalisés dans le futur. Ainsi, ce passage de l'oléoduc sur nos terres nuirait à la raison d'être de cette ferme expérimentale et, par le fait même, compromettrait la mission d'enseignement et de recherche de notre institution», peut-on notamment lire dans la lettre reproduite dans un courriel transmis au Soleil par la porte-parole de l'Université, Andrée-Anne Stewart. La direction n'était pas disponible en début de semaine pour discuter davantage de son contenu.

Philippe Cannon, porte-parole de l'oléoduc Énergie Est, confirme la réception de l'envoi. Il rappelle cependant que le tracé n'est pas final et que TransCanada continuera à y travailler jusqu'au dépôt du projet auprès de l'Office national de l'énergie, qui doit ensuite l'approuver.

Le projet d'oléoduc Énergie Est permettrait de transporter entre 500 000 et 850 000 barils de pétrole brut par jour sur 4400 kilomètres. De l'Alberta jusqu'à Cornwall, en Ontario, l'entreprise prévoit recycler un gazoduc, alors que pour les 1400 kilomètres restants, de nouvelles installations devront être construites.

Des étudiants satisfaits de la décision

À la mi-octobre, des étudiants de l'Université Laval ont lancé une pétition sur Facebook afin d'exercer des pressions auprès de l'administration pour que celle-ci refuse le passage du pipeline sur les terres de la ferme.

Ce n'est que lorsque le coordonnateur général du groupe environnemental Univert Laval, Jean-Sébastien Gauthier, a sollicité les dirigeants de l'établissement pour participer à une conférence sur le projet Énergie Est, tenue la semaine dernière, qu'il a appris que l'Université Laval avait communiqué son désaccord à l'entreprise.

L'étudiant en enseignement secondaire, aussi détenteur d'un baccalauréat en biologie, est heureux de la décision du conseil d'administration, mais aurait souhaité qu'il se mouille davantage en s'opposant à l'ensemble du projet de TransCanada. «Ça aurait été un joueur majeur et ça aurait pu amener d'autres universités à se prononcer contre», évoque celui qui se dit cependant conscient que la direction peut difficilement adopter une telle position publique.

Plusieurs associations étudiantes de l'Université pourraient se prononcer contre le projet en assemblée générale au cours des prochaines semaines.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer