Côte-Nord: une première réserve aquatique gérée par Québec

Le Parc Nature de Pointe-aux-Outardes, dont on voit... (Collaboration spéciale Edward Brotherton)

Agrandir

Le Parc Nature de Pointe-aux-Outardes, dont on voit ici une portion de la plage, fera partie de la future réserve aquatique de Manicouagan, la première du genre sous la responsabilité du gouvernement du Québec.

Collaboration spéciale Edward Brotherton

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Pointe-aux-Outardes) Le territoire marin de la péninsule de Manicouagan et ses environs deviendra sous peu la première réserve aquatique sous la responsabilité du gouvernement du Québec. Le ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs, Yves-François Blanchet, en a fait l'annonce cette semaine à Pointe-aux-Outardes, sur la Côte-Nord.

Cette réserve aquatique, qui sera officiellement créée quand le plan de conservation et de mise en valeur sera complété, couvrira une superficie de 712 kilomètres carrés. Les activités d'exploitation pétrolière et minière en seront évidemment exclues, mais les activités récréotouristiques seront privilégiées.

«On reconnaît non seulement l'importance de la biodiversité de ce territoire, on reconnaît aussi la volonté de la communauté que ce territoire soit protégé et mis en valeur, que ça fasse partie d'un patrimoine régional», a déclaré le ministre. S'étendant de Pointe-Lebel à Pessamit, la future réserve intégrera également une partie de Baie-Comeau, dont la pointe Saint-Gilles et la baie des Écorces.

Pour aider à mettre cette réserve sur pied, Québec versera 50 000 $ par année durant trois ans au Parc Nature de Pointe-aux-Outardes pour en assurer la gestion. «Le Parc Nature est la racine de ce projet. Il y a mis 15 ans de travail», a ajouté M. Blanchet, qui assure que le projet a une âme particulière.

Outre le Parc Nature et le Ministère, la MRC de Manicouagan, le conseil des Innus de Pessamit, le Conseil régional de l'environnement de la Côte-Nord, la Réserve mondiale de la bios phère Manicouagan-Uapishka et Pêches et Océans Canada ont contribué à la création de cette nouvelle zone protégée.

Augmentation de la superficie protégée

La réserve aquatique projetée, en plus d'augmenter significativement la superficie protégée dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent, permettra de protéger plusieurs espèces menacées ou vulnérables, d'assurer une utilisation durable des ressources et de conserver la biodiversité des écosystèmes visés. Ce statut de réserve assurera aussi un contrôle plus serré des habitats marins, de la qualité de l'eau et des sédiments, tout en évitant la surexploitation d'espèces commerciales et la diminution de la biodiversité.

Avec la création de la réserve aquatique de Manicouagan, la superficie du territoire marin québécois protégé passera à 1,3 %. Les engagements internationaux en la matière prônent une proportion de 10 % de territoire protégé d'ici 2020. «Ce projet n'est qu'une fraction de ce que le Québec veut développer comme superficie de protection des milieux marins», a conclu Yves-François Blanchet.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer