Incendies de forêt en Minganie: un mandat d'éteindre... enfin

Voici ce qu'il reste du chalet de Claude... (Fournie par Claude Harvey)

Agrandir

Voici ce qu'il reste du chalet de Claude Harvey, dévoré par les flammes.

Fournie par Claude Harvey

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Havre-Saint-Pierre) La Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) ne se limite plus à maîtriser le feu qui a détruit près de 60 000 hectares de forêt dans le secteur de Baie-Johan-Beetz, en Minganie. Elle a maintenant le mandat de l'éteindre. Elle met donc le paquet pour en venir à bout le plus rapidement possible.

Le «petit coin de paradis» du Septilien, avant... (Fournie par Claude Harvey) - image 1.0

Agrandir

Le «petit coin de paradis» du Septilien, avant sa destruction

Fournie par Claude Harvey

«En plus d'avions-citernes et d'hélicoptères, la SOPFEU a 114 combattants sur place», a souligné le représentant de la Sécurité civile, Jacques Viger.

«Dans les prochains jours, d'autres combattants vont arriver pour éteindre cet incendie, car le mandat de la SOPFEU est maintenant de l'éteindre.»

Secondés par des collègues des Maritimes, de l'Ontario et du Massachusetts, les pompiers forestiers de la SOPFEU concentrent leurs efforts autour de Baie-Johan-Beetz, évacué durant quelques jours la semaine dernière, et le long de la route 138, afin d'éliminer les flammes et la fumée.

La circulation sur la 138 se fait toutefois encore par convoi, entre 7h et 20h, avec départs aux heures d'Aguanish et de Baie-Johan-Beetz.

Électricité rétablie

L'électricité est maintenant rétablie partout et Hydro-Québec ne rapporte aucun incident digne de ce nom sur son réseau.

Malgré les forts vents, le feu n'a pas progressé dans les dernières heures. Le vent devrait venir du sud mardi, ce qui devrait aider les efforts de la SOPFEU. Un peu de pluie est attendue mercredi.

Rappelant qu'il est toujours interdit de circuler en forêt dans le secteur, le porte-parole de la Sécurité civile a indiqué que le secteur du feu est frappé d'une interdiction de vol pour les particuliers qui voudraient voir le brasier du haut des airs à bord de leur avion ou leur hélicoptère.

Chalet parti en fumée

Ces efforts redoublés de la SOPFEU ne changeront cependant rien au sort du chalet de Claude Harvey, rasé par les flammes.

«C'est roussi à la grandeur, il y a de longs chicots tout brûlés», a lancé le citoyen de Sept-Îles, qui est allé constater les dégâts dimanche. «Sur place, nous avons même éteint des petits foyers. Quand nous versions de l'eau sur les roches, elles éclataient», a-t-il ajouté.

Claude Harvey et les six copropriétaires du chalet évaluent les pertes à plus de 100 000 $.

«On avait cinq embarcations, cinq moteurs, deux génératrices et plusieurs équipements au propane, énumère-t-il. Il faut aussi penser aux coûts de transport; ça coûte 1100 $ par voyage pour 2000 livres de matériaux.» Le camp n'était accessible que par hydravion.

M. Harvey est également d'avis que les incendies de forêt affecteront l'économie de la Minganie.

«Juste nous autres, on prenait l'avion à Havre-Saint-Pierre, alors on allait à la SAQ, à l'épicerie... On allait chercher ce qu'il nous manquait avant de partir.»

Avec la collaboration de Fanny Lévesque

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer