Percée mondiale contre les cyanobactéries

Installation d'un système pour contrer les algues... (Fournie par Premier Tech)

Agrandir

Installation d'un système pour contrer les algues

Fournie par Premier Tech

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Larouche

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Rivière-du-Loup) La prolifération des cyanobactéries dans les cours d'eau est un important problème. Ce sont en grande partie les charges de phosphore contenu dans les rejets des eaux usées de résidences riveraines qui en sont la principale cause.

Les chercheurs de la multinationale Premier Tech de Rivière-du-Loup ont réussi récemment une percée mondiale en concevant un système qui élimine le phosphore de ces rejets.

«Nous sommes vraiment fiers. Rien de tel n'existait dans le marché de l'assainissement autonome», note France Bégin-Parent de Premier Tech. Outre les interdictions de consommation, la présence de cyanobactéries entraîne plusieurs autres restrictions, comme l'interdiction de baignade, sans parler de la baisse de la valeur des propriétés.

Mme Bégin-Parent explique qu'une famille de deux ou trois personnes produit de six à neuf grammes de phosphore quotidiennement en déjections humaines. «À ceci s'ajoute le phosphore contenu dans les savons, les engrais et autres. 

Même vidangée régulièrement, la fosse septique retient peu le phosphore. Comme le sol immédiat a une capacité limitée à le retenir, celui-ci se retrouve dans l'eau.» Le système est composé d'une unité qui élimine le phosphate et d'un épurateur. À la sortie, le traitement aura réduit le rejet de phosphore sous les 1 mg/l. «L'unité est dotée d'un système d'autonettoyage qui s'active seulement lorsque les eaux usées y entrent, réduisant ainsi la demande en énergie et les frais», explique Roger Lacasse, vice-président recherche et développement de Premier Tech Aqua.

«Notre solution permet aux municipalités et aux professionnels de l'assainissement d'offrir aux propriétaires riverains un soutien supplémentaire à la mise aux normes des installations septiques défaillantes», ajoute le président de Premier Tech Aqua, Henri Ouellet.

150 lacs touchés

Selon les statistiques de 2011 du gouvernement provincial, près de 150 lacs au Québec sont touchés par le phénomène.

«Certaines municipalités doivent retarder ou empêcher les développements résidentiels, puisque le lac ne peut prendre davantage de phosphore. En Ontario, dans les régions de Simco Lake, de Quinte et de North Bay, qui jouissent d'une très grande notoriété touristique, la situation est telle que les projets de développements économiques en pourtour de ces lacs sont quasi nuls», dit Mme Bégin-Parent.

«Grâce à notre système, des terrains jugés non constructibles à cause de l'absence de solutions pour les résidences individuelles pourront être aménagés», conclut M. Ouellet.

Cette percée est du nombre des 120 produits qui ont été créés par Premier Tech depuis cinq ans. L'entreprise, qui embauche 2500 équipiers à travers le monde, investira 80 millions $ en recherche et développement au cours des cinq prochaines années.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer