Opération nettoyage à Québec après les pluies diluviennes

Des rivières ont sorti de leur lit dans... (Photo Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Des rivières ont sorti de leur lit dans la nuit de vendredi à samedi, dont la rivière Nelson, dans le secteur Loretteville.

Photo Le Soleil, Steve Deschênes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Orages violents, pluies torrentielles et rivières déchaînées: le cocktail météo de vendredi soir a dévoilé l'étendue de ses dégâts, samedi, à travers la région de Québec. C'est un quartier de L'Ancienne-Lorette qui a le plus goûté aux inondations provoquées par la tempête, faisant remonter à la surface de mauvais souvenirs de 2005.

Après la pluie, le beau temps, dit l'adage. Mais, samedi, c'était le nettoyage qui était à l'honneur dans plusieurs secteurs de la capitale.

Au plus fort de la tempête, ce sont plus de 70 mm de pluie qui ont déferlé sur la région en seulement deux heures et demie.

«Dans les dernières années, on n'a jamais reçu autant d'eau en si peu de temps», avance la porte-parole de la Ville de Québec, Carine Loranger.

Chez Environnement Canada, le météorologue Denis Thibodeau précise qu'un avertissement d'orages violents, comme celui qui était en vigueur vendredi, prévoit des précipitations de 50 mm en une heure. Les 60 à 80 mm qui sont tombés à la grandeur de Québec ne sont «pas communs», mais n'ont rien d'«exceptionnel», selon M. Thibodeau.

La centrale d'urgence régionale a reçu plus de 760 appels de citoyens de vendredi à samedi en milieu d'après-midi. La Ville de Québec a mis en place une cellule de crise comptant sur plus de 300 employés municipaux.

500 résidences touchés

Les averses ont touché en tout 500 résidences à la grandeur de Québec et fait sortir de leur lit les rivières Lorette, Nelson et Cap-Rouge.

La rivière Lorette, à L'Ancienne-Lorette, a fait le plus de dommages. Les débordements ont causé des inondations à compter de 23h dans le secteur du boulevard Wilfrid-Hamel et des rues Papillon et Saint-Henri, secteur déjà dévasté par des inondations en septembre 2005. Une demande de recours collectif contre la Ville de Québec a depuis été formulée par des résidants du coin. Le recours judiciaire toujours en attente n'aura pas empêché Dame Nature de frapper de nouveau. La plupart des 35 résidences évacuées vendredi soir à Québec l'ont été dans ce secteur. À un certain moment, près d'un mètre d'eau recouvrait la chaussée. Une soixantaine de résidants ont été évacués par le service d'incendie, qui a dû utiliser des bateaux pneumatiques pour venir à leur secours.

Samedi, le quartier se remettait tranquillement des crues qui ont envahi une cinquantaine de sous-sols. Des voitures ont également été submergées, certaines ayant même été déplacées par la force de l'eau sur des terrains et des chaînes de trottoir. Le niveau de la rivière Lorette est redescendu sous le seuil d'inondation vers 5h dans la nuit de vendredi à samedi.

La rivière Nelson, dans le secteur Loretteville, a mis plus de temps pour reprendre son cours normal. Samedi en début d'après-midi, elle inondait toujours la rue de la Rivière-Nelson et une douzaine de terrains aux alentours. Là aussi, la dernière crue des eaux s'était produite en 2005, au printemps cette fois, et elle avait causé beaucoup plus de dégâts qu'en fin de semaine.

La famille de Christian Guay était la plus touchée samedi, alors que sa demeure était isolée au centre d'une importante quantité d'eau. M. Guay a critiqué le travail des pompiers, qui lui auraient dit ne pas pouvoir l'aider comme il ne voulait pas être évacué. L'homme se comptait tout de même chanceux, puisque l'eau ne s'était pas infiltrée au-dessus du vide sanitaire de sa résidence. «C'est pas pire, ça nous fait un beau lac. On va ensemencer», a lancé M. Guay pour dédramatiser la situation, en fixant l'étendue d'eau qu'était devenu son vaste terrain.

20 000 foyers privés d'électricité

D'autres inondations ont été répertoriées dans une moindre mesure dans les secteurs de Cap-Rouge, de Val-Bélair et de Sainte-Foy.

Vendredi soir, environ 20 000 foyers ont été privés d'électricité sur le territoire de la Capitale-Nationale. En fin de journée samedi, Hydro-Québec avait bon espoir de rebrancher les 400 abonnés toujours dans le noir. Une cinquantaine d'équipes d'opérateurs étaient à l'oeuvre depuis le début de la tempête, dont certaines étaient venues de l'extérieur de Québec pour prêter main-forte, a indiqué la porte-parole d'Hydro-Québec pour la région, Charlotte Sutton.

Des dizaines de sinistrés de L'Ancienne-Lorette ont été... (Photo Steve Jolicoeur) - image 2.0

Agrandir

Des dizaines de sinistrés de L'Ancienne-Lorette ont été tirés du lit vendredi soir en revivant le même cauchemar qu'en 2005.

Photo Steve Jolicoeur

*****

Du déjà-vu pour certains sinistrés

Des dizaines de sinistrés de L'Ancienne-Lorette ont été tirés du lit vendredi soir en revivant le même cauchemar qu'en 2005. Les nouvelles inondations leur font croire que la Ville de Québec n'a rien réglé.

Les 25 et 26 septembre 2005, 107 mm de pluie s'étaient abattus sur le secteur de L'Ancienne-Lorette, déchaînant la rivière Lorette à un niveau rarement vu. Plus de 600 résidences avaient alors été touchées.

Si les inondations de vendredi se révèlent moins nombreuses, des sinistrés rencontrés samedi par Le Soleil disaient vivre encore plus durement ces nouveaux ravages à leur résidence.

«Ça rappelle de très mauvais souvenirs. C'est pire que la dernière fois», lance Réjean Arcand, qui a vu l'un des murs de son solage s'écrouler sous la force de l'eau. Sa conjointe et lui ont d'abord cru à un tremblement de terre, tellement l'effondrement a été brutal. Devant son sous-sol complètement inondé, le couple préférait ne pas penser à ce qui les attendait.

Un peu plus loin dans la rue Saint-Eugène, Jean-Guy et Pauline Laliberté répétaient comme un mantra qu'ils encaisseraient les nouvelles inondations une étape à la fois. «Le mal est fait», lâche M. Laliberté. «Je ne suis pas encore revenu de la première fois», ajoute celui qui a pris sa retraite après les événements de 2005, durement ébranlé par les pertes à son entreprise de réparation d'appareils électroménagers.

Problèmes potentiels connus

Le président du regroupement de sinistrés formé en 2005, Mario Dubé, peinait lui aussi à réaliser que sa résidence avait été de nouveau submergée. D'autant plus qu'il avait investi 160 000 $ depuis 2005 afin de remettre à neuf ses deux logements au sous-sol.

«Ça fait déjà plusieurs dizaines d'années que les problèmes potentiels sont connus, que les analyses de la Ville de Québec leur prédisent ce qu'il va arriver et ils n'ont absolument rien fait en 40 ans pour éviter que ça produise», dénonce-t-il.

«Il y a plein de signaux qui mentionnaient que le problème n'est pas réglé, que ce n'est pas une pluie millénaire ou centenaire [qui est survenue en 2005], que c'est une problématique réelle qui risque de revenir de manière récurrente. On n'a pas réglé le problème et on traîne en longueur pour appliquer les solutions», renchérit-il.

La Ville se défend d'être restée les bras croisés depuis les inondations de 2005. «Il y a plusieurs mesures qui ont été mises en place depuis 2005. On a ajouté plusieurs bassins [de rétention d'eau], qui étaient en place et qui ont très bien fonctionné vendredi soir. Mais ils ont atteint leur pleine capacité rapidement. [...] Les pompes qui étaient installées ont soulagé comme prévu le réseau pluvial, mais la quantité de pluie était tellement énorme qu'elle a rendu les inondations inévitables», affirme la porte-parole Carine Loranger.

Malgré la défusion de L'Ancienne-Lorette, la Ville de Québec se charge toujours des services d'urgence de sa ville voisine, qui font partie des frais d'agglomération.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer