Le Port de Québec invité à collaborer avec le ministère de l'Environnement

Le ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet a profité... (Photothèque Le Soleil, Jocelyn Bernier)

Agrandir

Le ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet a profité d'une déclaration du pdg de l'Administration portuaire de Québec, Mario Girard (photo), qui affirmait vouloir que son organisation soit une référence en matière de développement durable, pour lui demander de collaborer à l'application de la législation québécoise au port.

Photothèque Le Soleil, Jocelyn Bernier

Partager

Annie Morin
Annie Morin
Le Soleil

(Québec) Le grand patron du Port de Québec disait cette semaine vouloir devenir une référence en matière de développement durable. Le ministre de l'Environnement du Québec le prend au mot et lui demande de laisser les fonctionnaires provinciaux travailler sans entraves sur les terrains fédéraux.

Le ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet... (La Tribune, Yanick Poisson) - image 1.0

Agrandir

Le ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet

La Tribune, Yanick Poisson

Mardi, le président-directeur général de l'Administration portuaire de Québec (APQ), Mario Girard, a fait son bilan de l'année 2012. Il en a profité pour revenir sur l'épisode du nuage de poussière rouge qui s'est abattu sur le quartier Limoilou le 26 octobre. «Moi, je veux que ce port de Québec là soit un exemple, une référence en développement durable. J'ai amené ça dès mon arrivée», a-t-il déclaré.

Vendredi, Yves-François Blanchet, ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP), a saisi la balle au bond et publié un communiqué de presse pour dire qu'il «s'attend à la pleine collaboration de l'APQ afin que puisse être appliqué l'ensemble de la législation environnementale québécoise sur le territoire du port de Québec». Une collaboration «complète et diligente», est-il précisé.

L'APQ et IMTT-Québec contestent la juridiction du ministère provincial de l'Environnement sur les terrains fédéraux du Port de Québec et les activités de ses locataires. La procédure a été lancée en septembre.

En entrevue téléphonique au Soleil hier après-midi, M. Blanchet voyait positivement les récentes déclarations du pdg du Port. «On le reçoit d'abord comme une bonne nouvelle. On va vous demander de faire la démonstration de cette bonne volonté là parce que les seules interventions que nous voulons faire sur le site du Port de Québec visent la sécurité des citoyens et des travailleurs», a-t-il lancé, peu intéressé par une longue bataille juridique.

Le ministre a dit s'adresser autant aux entreprises présentes sur le lieu fédéral qu'aux dirigeants du Port. «Parce que c'est un endroit avec une forte concentration d'entreprises avec un risque élevé. Dans le passé, il y a eu des déversements, il y a eu des fuites, il y a eu des émanations, il y a eu des constructions qui ne sont pas conformes aux règles», a-t-il énuméré.

Avis de non-conformité

Et la collaboration n'était pas toujours au rendez-vous. «C'est allé jusqu'à refuser l'accès aux terrains du port à des enquêteurs du Ministère. Ce qui n'aide pas la Santé publique», a déploré M. Blanchet.

Le Soleil avait déjà demandé la liste des infractions environnementales relevées au Port depuis cinq ans. Le ministère de l'Environnement lui a fourni une liste, hier. Il y a eu huit avis de non-conformité déposés depuis 2008, dont quatre dans la dernière année.

En juillet, il y a eu rejet d'eaux usées non conformes au réseau d'égout pluvial de la Ville de Québec. En septembre, le MDDEFP a reproché à IMTT-Québec d'avoir installé une rampe de chargement et une unité de destruction des vapeurs sans autorisation. En novembre, CanTerm a été semoncée pour les mêmes raisons. Et puis il y a eu l'épisode de la poussière rouge, qui a valu à Arrimage Québec un avis de conformité pour émission de poussière d'oxyde de fer, ne pas avoir avisé sans délai le Ministère de la situation et entrave au travail des enquêteurs.

La réponse du Port de Québec est venue dans un courriel transmis par la direction des communications. «Réitérant son message environnemental du 8 janvier dernier, Mario Girard tient à rappeler que le Port de Québec continuera de bonifier ses pratiques environnementales afin de favoriser un développement portuaire qui soit en harmonie avec le milieu urbain dans lequel nous évoluons. À cet égard, le Port de Québec continuera à collaborer avec les différentes instances gouvernementales comme il l'a d'ailleurs toujours fait», a fait savoir le porte-parole Anick Métivier, qui ne voit pas de contradiction avec les procédures judiciaires en cours.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer