Daniel Breton démissionne de l'Environnement

Partager

(Québec) Accablé par la multiplication des nouvelles embarrassantes qui lui tombaient dessus quotidiennement, Daniel Breton a remis sa démission comme ministre de l'Environnement. Pauline Marois, qui jure n'avoir jamais su que M. Breton devait des milliers de dollars pour un logement, prend la relève temporairement.

La journée a mal commencé pour M. Breton. Les médias étaient tapissés de ses démêlés passés avec le fisc, l'assurance emploi, les excès de vitesse et les propriétaires de logis. Avant que les travaux parlementaires ne débutent, M. Breton a convoqué les médias.

L'air grave, il a lu une courte déclaration. Il s'est abstenu de répondre à toute question des journalistes. Il quitte le cabinet de Pauline Marois «pour ne pas nuire à son travail et au travail du gouvernement».

M. Breton demeure député de Sainte-Marie-Saint-Jacques. «Je vais consacrer mon temps aux citoyens de la circonscription» montréalaise. «Faire preuve de solidarité et de compassion, c'est ce que je vais m'employer à faire» dans «Sainte-Marie-Saint-Jacques, là où il y a le quartier le plus pauvre au Québec».

M. Breton y est allé d'une allusion indirecte au fait qu'il a été expulsé d'un logement, à Montréal, pour n'avoir pas payé son loyer pendant un an, en 2009. Le propriétaire n'a toujours pas touché les 8000 $ que lui doit le démissionnaire.

«J'ai vécu et j'ai connu la précarité, a-t-il laissé tomber. Je sais ce que c'est que de perdre son emploi, de perdre son "appart", de vivre en se demandant si on va avoir un repas sur la table, le soir.»

Marois défend l'ex-militant écologiste

Pendant que les groupes environnementaux se désolaient de voir tomber un homme dont ils respectent les compétences et les convictions, la première ministre Pauline Marois a continué de défendre la nomination de l'ex-militant écologiste à son cabinet.

«Je crois que j'avais pris la bonne décision, compte tenu de son expertise, de ses compétences, de son engagement», a-t-elle mentionné, en mêlée de presse. Elle a minimisé une partie des faits reprochés au député péquiste.

Daniel Breton essuie les critiques pour avoir, notamment, écopé de contraventions qui ont conduit à la suspension de son permis de conduire, négligé de remettre une déclaration de revenus et fraudé l'assurance emploi, dans ce cas, il y a plus de 20 ans.

«Si on posait la question aux membres de l'Assemblée nationale, qui n'a pas, un jour, eu une contravention, en roulant au volant de sa voiture? a soulevé Pauline Marois. Qui, un jour, n'a pas omis de remettre un certain rapport? Je pense qu'il faut être de bon compte.»

Au Salon bleu, la première ministre a soulevé que «certains gestes illégaux» sont des «erreurs commises, il y a 24 ans». Comme les autres citoyens, a-t-elle répondu, M. Breton «a droit à l'erreur et au pardon».

Aux journalistes, Pauline Marois a cependant admis que Daniel Breton a «pris la bonne décision» en quittant son poste de titulaire du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs. Il a agi de sa propre initiative, a-t-elle soutenu.

À son assermentation comme ministre, Daniel Breton avait répondu qu'il avait la nette conviction que les «Verts» étaient au pouvoir. Il faisait ainsi allusion à la nomination de Martine Ouellet comme ministre des Ressources naturelles et à la réélection comme député de Scott MacKay, un ancien chef du Parti vert.

L'ex-leader écologiste Daniel Breton n'aura pas fait trois mois au poste de commande du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs. Il s'agit du premier membre du cabinet de la première ministre à être chassé de son poste depuis que Mme Marois a pris le pouvoir, le 4 septembre.

Visite au BAPE

Daniel Breton s'est retrouvé sur les charbons ardents lorsque les médias ont révélé qu'il a effectué une visite au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement. Il avait déjà annoncé qu'il entendait faire le ménage dans un organisme qui avait critiqué de façon virulente lorsqu'il était meneur de Maîtres chez nous - 21e siècle.

M. Breton avait qualifié son passage de «visite de courtoisie». Mais le Journal de Québec soutient qu'il avait menacé le personnel de téléphoner aux commissaires lorsqu'il serait mécontent d'un rapport.

Cette controverse lui a valu une convocation à une commission parlementaire pour qu'il s'explique. Sa démission pourrait lui éviter une comparution devant ses pairs.

>> Un mandat éclair au ministère de l'Environnement

4 septembre : Daniel Breton est élu député dans Sainte-Marie-Saint-Jacques avec 35 % des votes.

10 octobre : Le président du Bureau d'audiences publiques en environnement (BAPE), Pierre Renaud, est remercié par le Parti québécois. L'opposition croit à un règlement de comptes politique de Daniel Breton.

11 octobre : Premier voyage politique en Alberta.

24 octobre : Daniel Breton se rend aux bureaux du BAPE. Devant les employés, il affirme qu'il téléphonera au président de l'organisme chaque fois qu'il ne sera pas satisfait d'un rapport. L'opposition officielle réclame alors sa démission.

13 novembre : Le vice-président du BAPE, Pierre Fortin, est à son tour relevé de ses fonctions par le gouvernement Marois. L'opposition demande à nouveau sa démission.

14 novembre : Nomination de Pierre Baril et de Louis-Gilles Francoeur au BAPE.

14 novembre : Daniel Breton se montre sceptique par rapport au projet d'importer du pétrole albertain via un pipeline reliant Hamilton et Montréal, une idée de la compagnie Enbridge.

23 novembre : Les élus de l'Assemblée nationale votent majoritairement pour une commission parlementaire sur la visite de Daniel Breton aux bureaux du BAPE le 24 octobre.

M. Breton accepte de s'expliquer devant ses pairs.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer