Le ministre Daniel Breton attaqué de toutes parts

Le ministre Daniel Breton a été canardé de... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Le ministre Daniel Breton a été canardé de questions par l'opposition, jeudi matin.

La Presse Canadienne

Partager

(Québec) Daniel Breton se trouve dans la mire de l'opposition, qui exige sa démission, deux mois à peine après avoir accédé à la tête du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs.

Jeudi matin, à l'Assemblée nationale, libéraux et caquistes ont canardé de questions l'ex-militant écologiste que Pauline Marois a amené à son cabinet, en septembre.

Le Parti libéral du Québec a carrément exigé que Daniel Breton soit chassé du Conseil des ministres. Le chef par intérim libéral Jean-Marc Fournier l'a attaqué pour avoir payé une visite au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

Selon le Journal de Québec, M. Breton aurait affirmé devant le personnel de l'organisme qu'il téléphonerait au président du BAPE lorsqu'il serait mécontent d'un rapport. Il aurait aussi demandé et obtenu les numéros de cellulaire des commissaires.

En chambre, le titulaire du Développement durable et de l'Environnement n'a pas nié s'être rendu dans les locaux du BAPE. Il a cependant nié avoir requis la liste des numéros de téléphone portable.

Pour Jean-Marc Fournier, les gestes du ministre «demandent et appellent sa démission». En point de presse, le libéral a avancé que les manières de M. Breton représentent une intervention du pouvoir «législatif dans le judiciaire».

«Il contamine [les décisions futures] du BAPE, il détruit le BAPE», a martelé le chef de l'opposition officielle. Cela ne peut que se traduire par une démission ou un déplacement hors du Ministère.

Pétrole albertain

Le critique François Bonnardel, de la Coalition avenir Québec (CAQ), a pris à partie M. Breton sur un autre front. Le caquiste est revenu sur les réticences émises par Daniel Breton par rapport au projet d'une compagnie albertaine d'acheminer au Québec du pétrole tiré des polluants sables bitumineux.

Pour le député de la CAQ, son adversaire péquiste a décidé de «fermer complètement le dossier du pétrole de l'Alberta, sans même en connaître les détails». Selon lui, le ministre «met en péril l'autonomie [énergétique] du Québec de plusieurs milliards de dollars en investissements».

M. Bonnardel a fait allusion au passé de militant écologiste de M. Breton pour ironiser. «Le ministre de l'Environnement est allergique au pétrole, au gaz et au mot Alberta.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer