Plan de développement durable de la Côte-de-Beaupré: intérêt... et scepticisme

La construction de neuf immeubles de trois et... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

La construction de neuf immeubles de trois et quatre étages du côté sud du boulevard Sainte-Anne, à L'Ange-Gardien, revient régulièrement comme exemple «d'erreurs qui continuent de se faire».

Le Soleil, Patrice Laroche

(Québec) La Côte-de-Beaupré s'apprête à devenir une des premières municipalités régionales de comté (MRC) québécoises à fonder son schéma d'aménagement sur des principes de développement durable. Le processus est reçu avec intérêt dans le milieu, mais aussi avec un certain scepticisme, compte tenu des erreurs «qui continuent de se faire».

Annoncée en septembre 2010, la démarche de la MRC est devenue plus concrète ces dernières semaines, avec la consultation des différents secteurs d'activité de ce vaste territoire s'étendant de Boischatel à Saint-Tite-des-Caps et s'enfonçant profondément vers le nord.

Le plan, qui doit aboutir en septembre 2013, vise le développement d'une vision prenant en compte à la fois «l'équité sociale, la protection de l'environnement et l'efficacité économique». C'est cette vision qui orientera les décisions de la MRC au cours des prochaines années.

Pour l'instant, tout cela demeure un peu théorique, convient le directeur général de la MRC, Michel Bélanger, puisqu'on en est encore à l'étape d'identifier les forces et les faiblesses du milieu. L'identification des enjeux devrait «rendre ça plus concret», dit-il.

Boulevard hétéroclite

Copropriétaire du Canyon Sainte-Anne, à Saint-Joachim, Hélène McNicoll a participé à deux activités de présentation du projet au milieu touristique. Son observation : «La démarche est intéressante. On sent l'ouverture de la MRC à prendre le pouls du milieu. Mais il y a du scepticisme. On voit tous les jours des erreurs, et on dirait que ça continue.»

Pour l'industrie touristique, explique Mme McNicoll, la protection des paysages est un élément fondamental. Or, la Côte-de-Beaupré est non seulement marquée par un développement hétéroclite le long du boulevard Sainte-Anne, mais ce type de développement est encore bien actuel.

L'exemple qui revient constamment, souligne-t-elle, est celui des neuf immeubles de condos de trois et quatre étages construits à L'Ange-Gardien, de même que l'apparition de plusieurs nouveaux îlots de maisons le long du boulevard.

La mauvaise planification du développement en bordure du fleuve, où des centaines d'hectares de milieux humides ont été remblayés avant que cette pratique ne soit interdite en 2007, est aussi déplorée.

«Le problème n'est pas le fait qu'il y ait de nouvelles maisons, mais les gens questionnent le manque de vision et de coordination.» Mme McNicoll dit espérer que l'adoption d'un plan de développement durable régional viendra mieux encadrer les municipalités.

Chose certaine, croit la femme d'affaires, il faudra que le milieu s'implique à fond dans la démarche pour que celle-ci fonctionne. C'est justement ce que dit souhaiter la MRC.

Le processus d'adoption d'un plan de développement durable bénéficie d'une subvention de 287 500 $ du Fonds municipal vert de la Fédération canadienne des municipalités.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer