Communauté métropolitaine de Québec: l'étalement attaqué de front

D'ici 2031, 70 000 nouveaux ménages viendront s'établir... (Photothèque, Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

D'ici 2031, 70 000 nouveaux ménages viendront s'établir sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Québec. Toutefois, la capacité d'accueil sera utilisée à 100 % en 2021.

Photothèque, Le Soleil, Steve Deschênes

Stéphanie Martin
Le Soleil

(Québec) Pour contrer l'étalement, la Communauté métropolitaine de Québec vient de se doter d'un plan d'attaque. Pour les prochaines années, en zone urbaine, les trois quarts des nouveaux logements devront être bâtis dans un milieu déjà construit. Mille hectares seront tout de même ouverts à la construction résidentielle.

Les maires de Québec et de Lévis et les préfets des MRC de La Côte-de-Beaupré, de L'Île-d'Orléans et de La Jacques-Cartier ont présenté jeudi le Plan métropolitain d'aménagement et de dévelop­pement du territoire (PMAD) de la communauté métropolitaine de Québec (CMQ).

Et le défi est de taille. D'ici 2031, quelque 70 000 nouveaux ménages viendront s'établir sur le territoire de la CMQ. Le hic, c'est que la capacité d'accueil sera utilisée à 100 % en 2021. Même constat du côté industriel et commercial.

Entre 2000 et 2008, les espaces urbanisés ont fait un bond de 8 %, contre un accroissement de la population de seulement 1 %. Bref, il y a de l'espace qui se perd.

La CMQ propose donc de boucher les trous urbains, en y concentrant le développement. On densifiera donc à 75 % dans les zones déjà urbanisées, dont 60 % dans les pôles métropolitains, comme le secteur D'Estimauville, ou le long des «axes structurants», par exemple le boulevard de la Rive-Sud, à Lévis.

Le PMAD établit des critères de densité qui déterminent le nombre de logements que l'on doit retrouver à l'hectare, selon chacune des municipalités (voir le tableau). Pour la ville de Québec, ce nombre est de 30. Pour Lévis, c'est 22.

Le maire de Fossambault-sur-le-Lac, Jean Laliberté, s'était d'ailleurs opposé, dans une entrevue accordée au Soleil, à la densification imposée à sa municipalité. Le conseil municipal voudrait limiter à cinq logements par hectare, la CMQ statue qu'il en faudra huit. Pour lui, densifier une ville aussi éloignée de Québec encourage l'étalement urbain.

«Le maire de Fossambault a été rencontré par la CMQ. [...] et la rencontre semblait faire son affaire à ce moment-là», a soutenu le préfet de la MRC de La Jacques-Cartier, Jacques Marcotte, ajoutant que l'entente entre les parties est à l'étude et que rien n'est arrêté.

«C'est terminé l'étalement pour quelques années», a quant à lui répliqué le maire Labeaume. Ce que vous avez devant vous, c'est un plan qui détermine le périmètre urbain, c'est-à-dire là où on construira des résidences et des commerces dans les prochaines années. Ça bloque l'étalement.»

La CMQ veut en effet limiter l'expansion du développement au-delà de son territoire. Les MRC pourront modifier leur périmètre d'urbanisation seulement si le besoin est réel, si elles peuvent démontrer que l'offre de terrains et de logements est insuffisante et si elles font la preuve que les terrains déjà urbanisés ont été utilisés à leur plein potentiel.

«Nous nous sommes donné des critères métropolitains de décision stricts à rencontrer», a indiqué le préfet Jacques Marcotte.

Plus d'habitations unifamiliales

Mais, afin de satisfaire à la demande pour de nouvelles habitations unifamiliales, la CMQ prévoit aussi l'ajout de certaines zones dans lesquelles les municipalités pourront cons­truire (voir le tableau). Saint-Augustin, par exemple, se verra attribuer 95 hectares, sur lesquels 1900 maisons unifamiliales pourront s'ériger. Québec gagnera quant à elle 456 hectares et 14 000 habitations.

Le PMAD vise à protéger les territoires agricoles, le patrimoine et les espaces naturels et à rendre la région attirante, ont souligné les élus, jeudi. Il inclut aussi des solutions pour préserver l'eau potable, en étendant à toutes les prises d'eau du territoire les mesures mises en place pour protéger celles des rivières Saint-Charles et Montmorency.

Le PMAD sera soumis à des consultations publiques qui se tiendront à Québec, à Lévis et dans les MRC et au cours desquelles les municipalités et les citoyens pourront faire entendre leur point de vue. Les détails sont disponibles sur le site de la CMQ, au www.cmquebec.qc.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer