Ordures et compost inquiètent à Lévis

La Ville de Lévis a annoncé la semaine... (Photothèque La Presse)

Agrandir

La Ville de Lévis a annoncé la semaine dernière qu'elle n'allait plus ramasser les poubelles que toutes les deux semaines, à longueur d'année. Ce qui inquiète les parents de jeunes enfants et les reponsables de garderie, en raison des couches nauséabondes qui vont s'accumuler plus longtemps.

Photothèque La Presse

(Québec) L'arrivée du bac brun et particulièrement la fin de la collecte hebdomadaire des ordures inquiètent certains Lévisiens. Surtout les parents de jeunes enfants et les responsables de garderie, qui se demandent bien ce qu'ils vont faire avec toutes ces couches nauséabondes...

La Ville de Lévis a annoncé la semaine dernière qu'elle instaurait la collecte des matières compostables sur tout son territoire à partir du mois d'avril. Et qu'elle n'allait plus ramasser les poubelles que toutes les deux semaines, à longueur d'année.

Ginette Drouin dirige la garderie privée Les Petits Seigneurs à Pintendre, qui accueille 66 enfants. Ses trois grosses poubelles suffisent à peine à l'heure actuelle à contenir les centaines de couches de ses 35 petits qui n'ont pas atteint l'âge de la propreté.

«Les couches ne disparaîtront pas même si les bacs bruns arrivent», fait remarquer Mme Drouin, en entrevue.

Si elle perd la collecte hebdomadaire des déchets, la responsable de service de garde craint les problèmes d'hygiène, d'odeur et de contamination.

«Je suis prête à rajouter des poubelles, mais les couches vont quand même cuire là deux semaines durant l'été! dit Mme Drouin. On essaye toujours de faire un environnement le plus sain possible et là, on se retrouverait avec un coin de poubelles qui sera comme un no man's land

La Ville de Lévis se dit consciente des inquiétudes et a d'ailleurs reçu quelques appels de citoyens à ce sujet depuis l'annonce.

Solution recherchée

Un comité de travail a été formé pour trouver une solution pour les garderies et les familles nombreuses.

«Une des solutions pourrait être d'intégrer les garderies à la collecte commerciale, qui reste à une par semaine», indique Jean-Claude Bouchard, conseiller responsable des dossiers environnementaux. «On veut trouver une solution pour que ça ne soit pas plus cher pour les gens.»

La plupart des services de garde n'ont toutefois pas l'espace pour avoir un gros conteneur à déchets à chargement frontal, comme ceux des commerces, fait toutefois remarquer Ginette Drouin.

La Ville de Lévis espère que plusieurs familles feront le choix des couches lavables, afin de réduire l'imposante masse de 7,5 tonnes de couches qui sont enfouies ou incinérées sur son territoire chaque année.

La municipalité a d'ailleurs décidé de hausser de 100 $ à 200 $ par enfant la subvention pour l'achat de couches réutilisables. Depuis juin 2008, 272 familles ont profité du programme et Lévis estime qu'une centaine de plus pourraient joindre le mouvement.

Couches et garderies

Les couches lavables ne sont pas vraiment une option pour les services de garde, juge Ginette Drouin. «Avec toute l'organisation que ça demande, sincèrement, on préfère ne pas jouer là-dedans, confie-t-elle. Il faudrait presque une personne pour s'occuper à temps plein du lavage des couches.»

Par ailleurs, les couches biodégradables, comme celles mises en marché par la compagnie Moltex, ne seront pas permises dans les bacs bruns lévisiens.

Un sondage mené sur le site Web du Soleil au lendemain de l'annonce de la collecte des matières compostables démontrait un manque d'enthousiasme assez flagrant. En effet, sur les 1672 personnes sondées, 42 % ont répondu que le recyclage était suffisant. Pour le conseiller municipal Jean-Claude Bouchard, ce résultat démontre l'importance du travail de sensibilisation. Surtout dans les vieux quartiers, où les gens n'ont pas de place pour loger une poubelle et un bac à recyclage et utilisent des sacs-poubelles.

La Ville n'aurait-elle pas pu faire le choix de garder la collecte hebdomadaire des déchets durant la belle saison? «On a regardé la possibilité de garder la collecte des ordures à chaque semaine, mais avec les volumes qui vont diminuer, ça va faire promener des camions avec rien dedans, dit le conseiller municipal. Pour améliorer l'ensemble de la problématique environnementale, et pas juste y aller en façade, c'est le choix qu'on a fait et on pense être capable d'amener les gens là.»

Partager

À lire aussi

  • Le bac brun entre chez les Lévisiens

    Environnement

    Le bac brun entre chez les Lévisiens

    La collecte hebdomadaire des restes de table et autres matières compostables commence ce printemps sur tout le territoire de Lévis et à... »

  • Le bac brun populaire à Lévis

    Environnement

    Le bac brun populaire à Lévis

    Six mois après le début de la collecte des matières compostables à Lévis, la Ville se réjouit d'un succès inespéré, alors que plus de 80 % de la... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer