Gaz de schiste: Guy Laliberté plonge dans le débat

Alors qu'il inaugurait l'exposition Aqua: un voyage au... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Alors qu'il inaugurait l'exposition Aqua: un voyage au coeur de l'eau, à Québec, Guy Laliberté a signalé que l'aspect économique du dossier du gaz de schiste devait être pris en considération, mais que l'aspect de la qualité de l'eau était fondamental.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le fondateur du Cirque du Soleil et président de la Fondation One Drop, Guy Laliberté, s'est dit préoccupé par le dossier de l'exploitation des gaz de schiste au Québec et de ses conséquences potentielles sur les réserves d'eau du pays. Il a assuré, mardi, que sa fondation suivait le dossier de près.

«Les gaz de schiste, ça nous préoccupe, surtout que la Fondation One Drop mise sur l'accès à l'eau potable. Il ne faut pas être sourd ou aveugle. Présentement, je suis persuadé que nous n'a­vons pas toute l'information nécessaire pour prendre une décision», a déclaré Guy Laliberté lors d'une entrevue donnée en marge de l'inauguration de l'exposition Aqua: un voyage au coeur de l'eau, financée par One Drop, au Musée de la civilisation.

«Je ne sais pas si ça passe par un moratoire, mais il faut au moins prendre le temps de faire les choses comme il faut; il ne faut pas agir trop vite. Il ne faut pas nous raconter d'histoires mais il ne faut pas non plus nous laisser raconter des histoires», a-t-il enchaîné.

Le pdg du Cirque du Soleil et la directrice générale de One Drop, Lili-Anna Peresa, ont dit qu'ils avaient des rendez-vous prévus prochainement avec certaines personnes au sujet du dossier des gaz de schiste.

«Présentement, je me dis qu'il faut attendre un peu avant d'aller de l'avant. Les enjeux sont tellement importants à moyen et long terme. Pour une fois qu'on a un signal d'alarme, prenons donc au moins le temps d'analyser tous les impacts», poursuit M. Laliberté.

L'homme d'affaires a signalé que l'aspect économique du dossier devait être pris en considération, mais que l'aspect de la qualité de l'eau était fondamental. «Il n'y a jamais exploitation des ressources naturelles sans impact sur l'environnement. Il s'agit d'évaluer quel impact et si ça affecte la nappe phréatique.»

Dominic Champagne

Guy Laliberté dit être en contact régulier avec son bon ami Dominic Champagne, metteur en scène des spectacles Love et Varekai et coconcepteur du spectacle Zumanity du Cirque du Soleil. Champagne, un résidant de Deschaillons, dans la MRC de Bécancour, est en croisade pour un moratoire immédiat sur l'exploration et l'exploitation des gaz de schiste au Québec.

«À chaque fois que je lui parle, Dominic me demande quand je vais faire quelque chose à ce sujet. Je lui ai dit de ne pas s'inquiéter, qu'on suit ça de près et qu'on verra en temps et lieu», a-t-il assuré, répétant l'importance de laisser à tous la chance de s'exprimer.

«La population des régions où il y a du gaz de schiste veut développer son économie et il y a aussi le souci de l'environnement. Les deux doivent cohabiter. Présentement, ce que j'aime, c'est de voir la population se mobiliser et réagir face à ce dossier. C'est pour ça que nous sommes restés un peu en retrait jusqu'à maintenant», a-t-il conclu.

Prendre nos responsabilités

Le président de la Fondation One Drop, Guy Laliberté, a insisté sur l'importance de «prendre nos responsabilités» mardi lors de l'inauguration de l'exposition Aqua: un voyage au coeur de l'eau au Musée de la civilisation.

«Nous avons été élevés dans une époque où on croyait que l'eau était une ressource inépuisable. Nous savons maintenant que ce n'est plus le cas et on doit prendre nos responsabilités», a-t-il déclaré dans son allocution.

«Plusieurs gens dans le monde n'ont pas accès à l'eau. Il faut leur donner, il faut les aider à s'organiser en communauté. Et dans les pays développés, nous croyons que l'information est importante», a-t-il poursuivi.

Le directeur général du Musée de la civilisation, Michel Côté, a lui aussi abordé les enjeux plus locaux relatifs à l'eau potable dans son discours. «On le voit avec l'eau contaminée à Shannon ou alors le gaz de schiste. L'eau, ce n'est pas juste un enjeu en Inde ou en Amérique latine, c'est aussi au Québec!»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer