Parc marin du Saguenay-Saint-Laurent: 3% interdit à l'activité humaine

Le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent  inclut maintenant... (Parc marin du Saguenay-Saint-Laurent (Mathieu Dupuis, Sépaq))

Agrandir

Le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent inclut maintenant environ 35 kilomètres carrés d'aires marines où toute activité humaine est désormais interdite.

Parc marin du Saguenay-Saint-Laurent (Mathieu Dupuis, Sépaq)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TADOUSSAC) Dans son nouveau plan directeur, le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent inclut maintenant des zones de protection intégrale, autour de 35 kilomètres carrés d'aires marines où toute activité humaine est désormais interdite. Cela représente près de 3% de la superficie de ce gigantesque territoire jouxtant Charlevoix, la Côte-Nord et le Saguenay.

«Ce plan de zonage vient concilier les besoins de protection dans les endroits sensibles», confirme le directeur général, Daniel Langlois. Les pourtours de plusieurs îles, notamment Rouge, Blanche et aux Fraises, les abords de Cap-Bon-Désir, Cap-Éternité, Baie-Sainte-Marguerite, Pointe-Noire et Cap-de-la-Tête-aux-Chiens sont identifiés.

Sur les 1245 kilomètres carrés que comprend le parc, près de la moitié (43%) porte maintenant l'étiquette de zone de protection des ressources, ce qui bannit les activités de prélèvements, comme la pêche ou la chasse. «Le défi est maintenant d'élaborer la réglementation pour encadrer ce plan de zonage», ajoute M. Langlois.

Ce n'est pas la seule mesure mise de l'avant dans ce nouveau plan, qui a nécessité plusieurs années de travail, dont huit consultations publiques réunissant 250 personnes. «C'est une vision d'avenir pour les 15 prochaines années», disait M. Langlois.

Toujours les baleines

Concernant l'observation des mammifères marins, il y a certes le nouveau plan de gestion des activités en mer en gestation qui amènera des «mesures pour mieux gérer l'activité et un code de bonnes pratiques en mer», mais pas question de la limiter.

«On souhaite demeurer un des meilleurs endroits au monde pour observer les baleines», précise M. Langlois. La gestion participative, la conservation des écosystèmes, le maintien de la biodiversité, l'utilisation écologiquement durable des ressources, l'expérience des visiteurs ainsi que l'éducation et la sensibilisation du public sont aussi au nombre des principes de ce plan directeur.

Le Parc marin veut également améliorer ses 25 pôles de découvertes parsemant le territoire. Une réflexion sur l'agrandissement du parc vers la rive sud sera amorcée. Enfin, on veut aussi accroître la visibilité du parc, avec un meilleur affichage aux entrées.

Selon les données fournies par le Parc marin, 1,1 million de personnes ont fréquenté le lieu en 2009.

Le site Web du parc marin : www.parcmarin.qc.ca

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer