Chasse aux phoques: Brigitte Bardot contre-attaque

Pour la grande défenderesse des animaux, la dérogation... (Archives AP)

Agrandir

Pour la grande défenderesse des animaux, la dérogation potentielle de la France équivaut à un revers.

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) L'actrice et activiste Brigitte Bardot accuse la France de jouer le jeu du Canada. Elle a repris la plume, hier, pour presser le président Nicolas Sarkozy de se prononcer en faveur d'une interdiction totale des produits dérivés du phoque en Europe.

Dans une lettre encore toute chaude, Mme Bardot condamne le double discours français dans le dossier hautement controversé de la chasse aux phoques. Après s'être engagé à aider la star dans son «combat qui compte plus que tous les autres» et à «tout mettre en oeuvre» pour que le boycottage européen soit adopté avant la fin de 2008, le président Sarkozy a ensuite plaidé pour un système de certification qui garantirait que les loups marins ont été abattus «sans souffrance inutile».

C'est exactement la prétention du Canada, qui a élaboré une procédure d'abattage précise avec une équipe de vétérinaires indépendants. Après avoir tiré l'animal avec un fusil ou l'avoir assommé avec un gourdin, les chasseurs doivent examiner ses yeux afin de s'assurer de son «inconscience irréversible». Ils doivent ensuite le saigner en sectionnant les artères des nageoires, puis laisser écouler au moins une minute avant de penser à l'écorcher.

Pour la grande défenderesse des animaux, cette dérogation potentielle équivaut à un revers. «Pourtant, plus personne aujourd'hui ne conteste la cruauté de cette tuerie, la position de la France, applaudie par les chasseurs canadiens, est donc inacceptable et profondément choquante», écrit-elle.

Christophe Marie, coordinateur du bureau de la protection animale de la Fondation Brigitte-Bardot, précise que l'icône française est d'autant plus déçue que les politiciens français l'assurent de leur appui dans le privé.

Le ton de Mme Bardot laisse d'ailleurs deviner une pointe de découragement. «Je vous supplie d'intervenir pour que la France ne me fasse plus honte sur ce dossier qui est le symbole mondial de mon action en faveur des animaux», écrit Mme Bardot. Elle conclut son envolée avec cette courte phrase : «C'est un devoir moral, ne me décevez pas.»

S'il n'ose pas utiliser la formule «maintenant ou jamais», son porte-parole admet qu'il y a une occasion à saisir. «Un règlement, ça ne se révise pas régulièrement, fait-il remarquer. C'est donc très important pour nous d'avoir un bon texte, sinon il vaut mieux ne pas avoir de texte du tout», dit Christophe Marie.

Celui-ci ne croit pas que le Canada soit capable de «contrôler le massacre» des phoques sur le terrain et que l'objectif des chasseurs est clair : «tuer un maximum de phoques en un minimun de temps».

La décision finale de la Commission européenne sur l'interdiction des sous-produits du phoque doit se prendre en avril.

Partager

À lire aussi

  • Stastny contre Bardot

    Environnement

    Stastny contre Bardot

    Les chasseurs de loups marins ont trouvé un allié au Parlement européen, qui étudie la possibilité de bannir complètement les produits dérivés du... »

  • Chasse aux phoques: le Parlement européen divisé

    Environnement

    Chasse aux phoques: le Parlement européen divisé

    Si l'interdiction des sous-produits de loup marin en Europe semblait n'être qu'une formalité l'été dernier, plus personne n'oserait maintenant... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer