Stastny contre Bardot

Peter Stastny...

Agrandir

Peter Stastny

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Les chasseurs de loups marins ont trouvé un allié au Parlement européen, qui étudie la possibilité de bannir complètement les produits dérivés du phoque dans toute l'Europe. Peter Stastny, joueur-vedette des Nordiques de Québec dans les années 80, maintenant député pour la Slovaquie, se porte à la défense des milliers de gagne-petits du Canada et du Groënland qui dépendent de cette activité controversée. 

Les chasseurs de loups marins ont trouvé un... (Infographie Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

«Je suis préoccupé par le bien-être animal. Mais je place l'être humain encore plus haut dans mes priorités», martèle le politicien, en entrevue au Soleil depuis Strasbourg. Convaincu que les techniques de chasse des Canadiens respectent les droits des animaux et que la survie de l'espèce n'est pas menacée, il se soucie maintenant de l'avenir des communautés maritimes. «Ce qui me dérange le plus, c'est que cette interdiction (des produits dérivés du phoque) affecterait des gens qui ne sont pas riches et qui travaillent fort pour gagner leur vie. (...) C'est une question de dignité : ils ont le droit de perpétuer ce que leurs ancêtres ont fait pendant des générations», dit M. Stastny en pensant aux chasseurs de l'est du Canada et du Groënland, qui fournissent environ 80 % du marché mondial.

Le député n'en revient pas de l'ampleur que prend le débat sur la chasse aux phoques au Parlement européen, surtout en cette année électorale. «C'est émotif. C'est fou. C'est presque dangereux.» Il cons­tate que ses collègues mesurent mal les conséquences de leurs votes. «Ils ne connaissent qu'un côté de l'histoire», déplore M. Stastny en faisant référence aux campagnes médiatiques de la fondation Brigitte-Bardot et d'autres groupes de défense des animaux qui dénoncent la chasse aux phoques avec des photos et des vidéos où le sang est à l'honneur.

Lui-même se considère bien informé, car il suit le dossier depuis son passage chez les Nordiques dans les années 80. À l'époque, des activistes européens portaient des manteaux de fourrure tachés de sang et distribuaient des cartes postales illustrées de blanchons tués à coups de gourdin. Pendant ce temps, dans l'est du Canada, les pêcheurs assistaient à l'effondrement des stocks de morue et étaient forcés de revoir leurs techniques de chasse.

Si les blanchons sont épargnés et le gourdin de plus en plus délaissé pour le fusil, les images de phoques ensanglantés continuent de circuler. Pour y faire contrepoids, M. Stastny a publicisé la déclaration de l'animaliste Paul Watson, qui disait au printemps dernier que la mort en mer de quatre chasseurs des Îles-de-la-Ma­deleine était moins grave que le mas­sacre de milliers de phoques. «Ça dit bien à qui on a affaire», lance le Slovaque.

Denis Longuépée, président de l'Association des chasseurs de loups marins des Îles-de-la-Madeleine, a rencontré M. Stastny il y a moins de deux semaines, en Belgique. «Quand on peut leur expliquer, les gens comprennent que les animalistes sont des extrémistes. (...) On ne demande pas de détruire la ressource, mais de pouvoir bien la gérer», explique M. Longuépée, qui se réjouit de voir sa cause défendue en permanence en Europe.

La délégation canadienne dont il faisait partie a multiplié les rencontres avec les députés européens et a pu faire valoir ses arguments devant l'ensemble des parlementaires européens. Le sénateur Fabian Manning, de Terre-Neuve, a insisté sur la transparence des autorités canadiennes. «Notre chasse est ouverte sur le monde. C'est un abattoir à ciel ouvert. Les gens n'ont qu'à venir voir comment ça se passe», a-t-il répété hier au Soleil, lors d'une entrevue téléphonique.

M. Manning calcule aussi que le message passe bien quand il est livré en personne, mais rappelle qu'il y a «beaucoup de monde à convaincre» en Europe. «Je suis confiant, mais je ne suis pas naïf. Je pense que de nouvelles règles vont être mises en place» pour encadrer le commerce des sous-produits du phoque», dit-il sur un ton réaliste.

 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer