Coup de pouce financier pour l'École de cirque

Environ 1000 jeunes fréquentent chaque jour l'établissement, situé... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Environ 1000 jeunes fréquentent chaque jour l'établissement, situé dans l'église Saint-Esprit de Limoilou.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'École de cirque de Québec a reçu un important coup de pouce financier de Québec lundi matin qui a plus que triplé sa subvention pour l'année en cours. Une occasion pour l'établissement de Limoilou de mettre en branle de nombreux projets.

Le ministre de la Culture et des Communications, Luc Fortin, a annoncé qu'il bonifiait de 820 000 $ son programme d'Aide financière au fonctionnement pour les organismes de formation en art (PAPOFA) mis en place en avril dernier. À l'origine, l'enveloppe totale était de 11,2 millions $. Ces montants serviront notamment à favoriser le développement de la formation pour les arts du cirque et de la danse. 

L'École de cirque de Québec compte bien se servir de ces nouvelles sommes disponibles puisque initialement, elle devait bénéficier que de 66 000 $. Or, c'est 162 070 $ qui attérrit dans ses coffres. Son directeur général, Yves Neveu, affirme d'emblée qu'il veut poursuivre la mission première de l'institution et qu'il a beaucoup de pain sur la planche. «Ce ne sont pas les projets qui manquent!»,avance-t-il. 

Mais il demeure plutôt discret sur la nature de ceux-ci, si ce n'est qu'il compte établir un meilleur lien avec les jeunes des régions limitrophes afin de leur permettre de suivre les programmes de formation dès leur plus jeune âge. «On veut aller vers eux pour les aider à se préparer plus tôt», explique-t-il, faisant valoir que la formation d'un artiste «prend beaucoup de temps».

M. Neveu souligne également les locaux de l'ancienne église Saint-Esprit qui ne commencent à être trop petits. «Ceux qui viennent ici à l'année savent que nous sommes très à l'étroit...si on pouvait agrandir», fait-il valoir, écartant cependant immédiatement l'idée d'un déménagement. 

Et puis, il y a la question de la diffusion qui lui tient à coeur. Selon lui, le public de Québec n'est pas suffisamment exposé aux arts de cirque. Même s'il n'a pas de solution immédiate pour remédier au problème, il compte s'y attarder. Et en terminant, le directeur évoque la possibilité de retravailler en partenariat avec différentes écoles de cirque dans le monde, comme cela a été fait pour le spectacle Mâts et cordages présenté dans le cadre de la venue des grands voiliers en juillet. «Ça nous a beaucoup stimulé», rapporte celui qui se dit enchanté par l'expérience pour laquelle sont équipe n'a pas encore fait le bilan. 

Environ 1000 jeunes fréquentent chaque jour l'École de cirque de Québec.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer