Vers des horaires modifiés à l'Université Laval

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La rectrice de l'Université Laval Sophie D'Amours souhaite modifier l'horaire des cours afin d'étaler dans le temps les déplacements des étudiants et employés et amoindrir le trafic autour du campus.

«On va faire partie de la solution», a-t-elle lancé lors d'un point de presse qui marquait son tout premier jour à la tête de l'Université Laval, jeudi. Selon elle, Québec aura des «défis de congestion importants» à affronter au cours des prochaines années avec la construction du Phare et le réaménagement routier à la tête des ponts, et elle souhaite que l'Université Laval soit partie prenante du changement.

Modifier les horaires des cours n'est toutefois pas «une petite tâche» et cette réorganisation prendra du temps. Ce n'est qu'à l'automne que l'Université Laval aura en main les systèmes informatiques pour gérer les données des entrées et des sorties sur le campus. L'institution, qui accueille environ 60 000 étudiants chaque année, va s'assurer de la disponibilité des locaux et faire quelques scénarios avant d'annoncer officiellement des changements.

Sans commenter l'abandon du service rapide par bus (SRB), Mme D'Amours dit vouloir faire partie des discussions sur le transport en commun à Québec. L'Université Laval va d'ailleurs participer aux consultations sur la mobilité annoncées par la Ville de Québec. «Nos étudiants vont apporter leurs réflexions à cette consultation.»

Mme D'Amours a rencontré le maire de Québec Régis Labeaume après son élection comme rectrice, à la fin avril. Tous deux ont convenu de travailler davantage ensemble, notamment lors des missions à l'étranger et pour l'accueil et l'intégration des étudiants internationaux. Mme D'Amours a également «senti chez le maire Labeaume la grande volonté de soutenir» le développement économique et les entreprises qui peuvent naître des recherches menées à l'Université Laval. Mme D'Amours continuera d'ailleurs de présider la coalition FORCE 4.0 pour stimuler l'innovation dans la grande région de Québec.

Moins d'étudiants?

La démographie ne sourit pas en ce moment aux universités, alors que les jeunes de 20 à 24 ans sont moins nombreux au Québec qu'il y a quelques années. Mme D'Amours dit être préoccupée par «l'attractivité» de l'Université Laval et espère que les admissions de l'automme prochain ne seront pas en baisse. «Les admissions rentrent à tous les jours», a-t-elle soutenu, confiante, lançant même un appel aux étudiants hésitants à s'inscrire sans tarder.

Mme D'Amours est consciente que l'épisode des agressions sexuelles dans les résidences de l'Université Laval, l'automne dernier, peut avoir nui à la réputation de l'institution. Mais elle dit vouloir être «la gardienne» d'une bonne qualité de la vie et de la sécurité sur le campus. «Je pense qu'on va faire référence à l'université dans quelque temps en termes de ses façons de faire pour assurer la qualité de vie sur son campus et réconforter, notamment les jeunes femmes qui viennent.»

Le recteur sortant Denis Brière a indiqué ces dernières semaines qu'il souhaitait continuer de travailler pour l'Université Laval. Mme D'Amours et la présidente du conseil d'administration Marie-France Poulin devront analyser la pertinence de sa proposition afin d'intégrer dans une fonction différente M. Brière.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer