La CAQ veut protéger le droit à l'éducation des petits Québécois

Les parents qui offrent une éducation déficiente à leurs enfants devraient... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les parents qui offrent une éducation déficiente à leurs enfants devraient pouvoir être accusés de négligence, croit la Coalition avenir Québec (CAQ), qui a déposé jeudi un projet de loi en ce sens.

Jean-François Roberge, porte-parole en éducation, a déposé le projet de loi 897, qui vise à «garantir le droit à l'éducation» au Québec en donnant plus de mordant à la Loi sur la protection de la jeunesse.

Selon la CAQ, il est trop difficile en ce moment pour la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) d'intervenir dans des cas d'écoles clandestines ou d'écoles religieuses qui ne respectent pas le cursus scolaire du ministère de l'Éducation du Québec. Même constat pour les parents ou tuteurs qui font l'école à la maison, sans se rapporter correctement auprès de leur commission scolaire.

«Rien n'oblige les parents à collaborer et à enseigner le programme au complet», a lancé M. Roberge en chambre.

Pour la CAQ, il suffit de modifier un article de la Loi sur la protection de la jeunesse pour donner plus de pouvoirs à la DPJ, qui n'agirait pas seulement lorsqu'un enfant est battu ou mal nourri, mais aussi lorsqu'il ne profite pas d'une éducation appropriée pour son âge.

En 2015, la Protectrice du citoyen déplorait le manque d'encadrement et de suivi des parents qui font l'école à la maison au Québec. Dans son rapport, elle notait que le nombre d'enfants scolarisés à la maison est en croissance, passant d'environ 800 en 2007-2008 à plus de 1100 en 2015. Ces données excluent les enfants (ils seraient environ 2000) dont les parents n'ont pas demandé de dispense formelle de fréquentation scolaire.

Pas de suite

Le gouvernement n'a pas l'intention de donner suite au projet de loi présenté par la CAQ, parce que le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx a préparé le sien, qui est «prêt» et «sera déposé très bientôt».

Le ministre a expliqué qu'il portera sur trois aspects: l'encadrement des établissements illégaux, la scolarisation à la maison et les enfants sans-papiers.

Le ministre de l'Éducation et ministre délégué à la Protection de la jeunesse Lucie Charlebois disent travailler de concert pour éviter que de petits Québécois échappent complètement au système scolaire, comme c'est le cas à l'heure actuelle.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer