Le programme Le diplôme avant la médaille fait des petits

Le diplôme avant la médaille, le programme de... (fournie par Sylvie Turcotte)

Agrandir

Le diplôme avant la médaille, le programme de réussite scolaire conçu par Béatrice Turcotte Ouellet (au centre) qui utilise le sport pour motiver les jeunes à obtenir de bonnes notes, vient d'obtenir un coup de pouce financier de 50 000 $ de la part de la Fondation Jeunes en tête.

fournie par Sylvie Turcotte

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une autre école de Québec motivera ses jeunes à avoir de bons résultants scolaires en leur accordant plus de temps de jeu dans leur sport en septembre prochain.

Le programme Le diplôme avant la médaille (DAM) fait des petits et s'installera à l'école Joseph-François-Perrault. D'ici quelques mois, une première cohorte de 25 athlètes de 1ere et 2e secondaire, inscrits en basketball féminin et masculin, seront entraînés par des adultes qui s'occuperont tout autant de leur réussite scolaire que de leur performance sportive.

«Il y a un engouement autour du programme en ce moment. Plusieurs écoles nous appellent et on a réussi conclure une entente avec cette école-là», se réjouit Béatrice Turcotte Ouellet, 22 ans, la conceptrice de DAM. 

Pour le moment, DAM est un organisme sans but lucratif qui compte sur de modestes moyens financiers et ne peut suffire à la demande. 

Mme Turcotte Ouellet souhaite également prendre le temps de bien former les nouveaux entraîneurs et tuteurs, afin de ne pas «diluer le produit». «On veut prendre de l'expansion, toucher beaucoup de jeunes, mais il faut le faire graduellement», philosophe-t-elle. 

Le Soleil s'était rendu en décembre dernier à l'école secondaire Vanier pour mieux comprendre l'effet de DAM, créé dans cette école il y a 5 ans par Mme Turcotte Ouellet.

Soif de compétition

DAM utilise la soif de compétition des jeunes sportifs pour les faire réussir à l'école. Si un jeune ne s'améliore pas dans une matière où il est en difficulté, il voit son temps de jeu coupé dans les matchs importants pour son équipe et doit rester sur le banc. 

Cette façon de faire a eu l'effet d'un catalyseur, si bien que l'an dernier, 89 % des élèves du programme qui allaient échouer dans une matière l'ont réussie. 

Les jeunes qui participent obtiennent de l'aide de tuteurs bénévoles et un suivi serré de leurs apprentissages est effectué, en collaboration avec les parents et les enseignants. 

Le programme est unique au Québec, car il ne s'agit pas seulement d'aller à l'école pour faire partie de telle ou telle équipe sportive. Il s'agit de réussir afin d'obtenir, en bout de piste, son diplôme d'études secondaires. 

L'initiative de Mme Turcotte Ouellet vient d'obtenir son premier coup de pouce financier «substantiel», soit 50 000 $ de la part de la Fondation Jeunes en tête. Ces fonds ont été récoltés lors du traditionnel Bal du maire de Québec, Régis Labeaume.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer