Un gadget qui dérange dans des écoles

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Gadget de l'heure chez les enfants et les adolescents, le hand spinner peut devenir dérangeant lorsqu'il est utilisé en classe. Tellement que plusieurs écoles de la région de Québec ont décidé de l'interdire.

Des parents ont reçu une lettre de l'école ces derniers jours les informant que ce petit jouet, une toupie qui peut tourner longtemps sur un doigt grâce à un système de roulement à billes, n'était pas le bienvenu en leurs murs.

À la commission scolaire des Premières-Seigneuries, de nombreux établissements d'enseignement primaire et secondaire ont demandé de ne plus voir l'objet, question de respecter les règles de l'école, qui interdisent d'apporter des jouets de la maison. 

«La popularité de cet objet engendre actuellement plusieurs dérangements dans les classes, ne favorisant pas un temps d'apprentissage de qualité et des situations de conflit dans les cours de récréation», indique Martine Chouinard, secrétaire générale des Premières-Seigneuries. 

Le gadget, qui a été inventé au départ pour calmer certains enfants à besoins particuliers ou les aider à se concentrer en classe en occupant leurs mains, demeure toutefois accepté dans les écoles publiques de la région Québec s'il est inscrit dans le plan d'intervention d'un élève qui présente un trouble de l'attention par exemple. 

La commission scolaire des Navigateurs, sur la Rive-Sud de Québec, a adopté une position similaire. «La grande majorité de nos écoles l'interdisent et certaines ont décidé d'envoyer des messages aux parents», raconte Louise Boisvert, directrice des communications aux Navigateurs. 

«Ça varie d'une école à l'autre. Dans la majorité des cas, ce n'est pas permis en classe, mais toléré à la récréation», explique pour sa part Alain Vézina, conseiller en communication de la commission scolaire des Découvreurs. 

À la commission scolaire de la Capitale, au moins une école de Limoilou a décidé d'interdire l'objet, tandis que la plupart des directions d'école doutaient cette semaine du réel besoin de ce gadget pour favoriser la concentration. 

«Les balles antistress peuvent faire le même genre de travail et sont plus efficaces selon certains chercheurs puisqu'il y a une contraction physique de la main», explique la conseillère en communication Marie-Élaine Dion.

Une distraction

Même s'ils produisent un bruit très léger, plusieurs hand spinners actionnés en même temps peuvent provoquer un son lancinant. «Je trouve que ça n'a aucun rapport avec la concentration, ça fait juste les distraire [les élèves], eux-mêmes et les autres autour! C'est encore du cas par cas dans mon école selon l'enseignant, mais s'il dérange, je le confisque pour ma part», soutient Vanessa Bouliane Paquet, enseignante au secondaire dans la région de Portneuf. 

Noémie Robidoux, enseignante au primaire de Sherbrooke, raconte que plusieurs enfants sont arrivés avec un hand spinner en classe ces dernières semaines, car leurs parents l'avaient acheté pour les aider à se concentrer.

«Ce n'est malheureusement pas le résultat obtenu, car c'est un objet très attrayant et qui vient en différentes couleurs», note-t-elle. 

L'enseignante dit avoir expliqué à ses élèves que comme ils s'en servent comme jeu à la récréation, elle ne pouvait le considérer comme un outil qui peut être aidant en classe. Ce avec quoi ils étaient bien d'accord, en fin de compte.

***

Pénurie dans les magasins

La folie du hand spinner est telle que plusieurs magasins de la région de Québec n'en ont plus à vendre. Le magasin de jouets Benjo en a écoulé 250 en une semaine et n'avait plus aucun exemplaire en main vendredi. «J'ai même vendu mon démonstrateur! Mais j'attends une grosse commande pour lundi», raconte Sylvain Parizeau, responsable du département du hobby. Des clients lui ont raconté avoir fait une douzaine de magasins ces derniers jours sans avoir pu mettre la main sur le gadget. Le magasin Toys'r Us de Laurier Québec est aussi en pénurie depuis quelques jours, mais devrait recommencer à vendre des hand spinners en début de semaine. La boutique l'Inventaire, sur la rue Saint-Joseph, a été l'une des premières à vendre l'objet à Québec il y a un mois. Il ne lui en restait plus que quelques-uns vendredi. «La tendance a commencé aux États-Unis, mais là, c'est vraiment fou chez nous. Je pense que ça va être l'objet de l'été», soutient le propriétaire Emmanuel Labbé. Selon lui, l'engin devrait plaire aussi aux adultes qui ont tendance à toujours vouloir faire quelque chose avec leurs mains. Les jeunes s'amusent quant à eux à le faire tourner très vite, très longtemps, à le passer d'une main à l'autre, à le faire tenir sur leur menton, etc.

***

Le hand spinner en bref

  • Objet léger fait en métal ou en plastique
  • Inventé en 1997 par l'Américaine Catherine Hettinger
  • Fabriqué en grande quantité par plusieurs compagnies depuis quelques mois
  • Se vend entre 5 $ et 20 $




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer