Grève de deux jours à l'Université Laval

Le Syndicat des employées et des employés de... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le Syndicat des employées et des employés de l'Université Laval (SEUL) ne pourra pas bloquer les entrées de l'université, comme il l'a fait lors de la première demi-journée de grève, le 9 février.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les employés de soutien de l'Université Laval seront de nouveau en grève les 15 et 16 février. Un arrêt de travail de 48 heures qui pourrait compromettre certains protocoles de recherche.

Le Syndicat des employées et des employés de l'Université Laval (SEUL) a installé mardi deux roulottes dans le stationnement devant le pavillon Desjardins pour réchauffer ses membres appelés à faire du piquetage. Tel que le prévoit l'injonction obtenue par l'université, pas plus de 190 manifestants pourront se trouver à cet endroit en même temps et le SEUL ne pourra pas bloquer les entrées de l'université, comme il l'a fait lors de la première demi-journée de grève, le 9 février. 

L'institution d'enseignement devra donc fonctionner pendant deux jours sans ses agents de bureau, techniciens de laboratoire, techniciens informatiques, ouvriers, etc. Les seuls services essentiels prévus par la convention collective sont les agents de sécurité, qui devront continuer de patrouiller le campus, et un mécanicien qui doit travailler à la console de vapeur servant à chauffer les différents pavillons de l'institution. 

Éric-Yan Zubrzycki, conseiller syndicat du SEUL, explique que certains protocoles de recherche pourraient être compromis en raison de cette grève. Par exemple, pour des expériences menées sur des souris, le vétérinaire en poste peut continuer de nourrir les animaux, mais si aucun technicien de laboratoire n'est présent pour relever toutes les données, «la recherche pourrait tomber à l'eau». «La réalité, c'est qu'il y a un paquet de chercheurs qui dépendent des employés de soutien. On a averti l'université à plusieurs reprises qu'une grève aurait des conséquences», lance M. Zubrzycki. 

Et le SEUL veillera à ce qu'aucun autre employé de l'université ne fasse le travail à la place de ses membres. Le syndicat a déjà déposé une plainte au ministère du Travail, accusant l'Université Laval d'avoir utilisé des briseurs de grève pour certaines tâches le 9 février. 

Dans un message envoyé aux étudiants la semaine dernière, l'Université Laval spécifiait qu'en cas de grève, tous les cours et activités de l'Université sont maintenus.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer