Le ministre de l'Éducation veut revoir sa politique d'évaluation

Le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx s'est engagé... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx s'est engagé à revoir la politique d'évaluation de son ministère pour qu'il y ait plus de temps dans les écoles pour l'apprentissage et moins de temps axé sur les examens.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx condamne la recommandation de certaines commissions scolaires voulant que les profs enseignent seulement les parties du programme qui seront à l'examen.

«On passe vraisemblablement beaucoup trop de temps à préparer des examens plutôt que d'être en apprentissage. Et à la fin, passer des examens, réussir des examens, ce n'est pas la finalité à tout prix», a commenté le ministre Proulx lors de la période des questions à l'Assemblée nationale jeudi. 

Le ministre réagissant à un article du Soleil, qui a mis la main sur un document interne qui circule dans les commissions scolaires de la Beauce-Etchemin, des Sommets et des Grandes-Seigneuries. 

Dans ce document, intitulé La grille de progression des caractéristiques des écoles efficaces, la notion «J'essaie de couvrir tout le programme» est inscrite dans la colonne des comportements à améliorer. Le document incite également les enseignants à «planifier à rebours», soit de «créer la tâche d'évaluation» en premier et de planifier l'enseignement en conséquence. Une pratique que la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE) trouve «scandaleuse». 

Respecter l'autonomie

Le ministre Proulx dit avoir entendu plusieurs enseignants raconter avoir subi de la pression en ce sens lors des consultations de l'automne. «On ne la souhaite pas», a-t-il lancé, avant de faire un plaidoyer pour qu'on «respecte l'autonomie des gens, les façons d'enseigner et qu'on vise à instruire, socialiser et qualifier».

Le ministre s'est aussi engagé à ce qu'on «revoie la politique d'évaluation pour faire en sorte que ça n'arrive plus, des situations comme celle-là». Le ministre faisait référence à la façon de voir l'évaluation dans le système et au nombre d'examens auxquels sont soumis les enfants, a précisé son attachée de presse Marie Deschamps plus tard en journée. 

C'est le député de la Coalition avenir Québec Jean--François Roberge qui a interpellé le ministre à ce propos en chambre. Selon lui, ce type de consigne des commissions scolaires vise à «gonfler artificiellement leurs statistiques de réussite» et est un «nivellement par le bas». «C'est ça qui arrive quand on laisse les commissions scolaires se mêler de pédagogie puis dire quoi faire aux directions puis aux profs», a-t-il dénoncé. 

La commission scolaire de la Beauce-Etchemin (CSBE) a quant à elle réagi en soutenant que le document inspiré de l'expérience de l'Ontario et utilisé depuis peu visait surtout une collaboration entre les enseignants. L'équipe d'une même école est, par exemple, appelée à prioriser ensemble les éléments à voir et à s'assurer qu'il n'y a pas de redondance d'une année à l'autre.

«Nous ne voulons pas empêcher les enseignants de couvrir l'ensemble du programme, bien au contraire, mais nous leur donnons des moyens pour qu'ils puissent bien doser leurs efforts», explique Suzie Lucas, directrice des services éducatifs à la CSBE. 

Mylène Godin, responsable des communications à la commission scolaire des Grandes-Seigneuries, soutient quant à elle que ce document est uniquement utilisé par les directions d'école et qu'il n'incite pas à laisser tomber des pans du programme. «Le programme de formation du Ministère est couvert conformément au régime pédagogique», indique-t-elle.

Édith Pelletier, directrice générale de la commission scolaire des Sommets, abonde dans le même sens. Selon elle, le document n'incite pas à préparer les élèves uniquement en fonction des examens. Et il contient plusieurs autres recommandations très utiles pour les directions. «Dans cette grille-là, on retrouve tous les éléments des données de la recherche, les éléments probants qui décrivent ce qu'est une école efficace.»

Avec la collaboration d'Isabelle Pion, La Tribune

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer