Proulx investit 30 millions $ dans les CPE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre de la Famille Sébastien Proulx a profité du lancement de la Grande semaine des tout-petits lundi pour annoncer un investissement de 30 millions $ dans les Centres de la petite enfance (CPE). Un pas dans la bonne direction, selon l'Association des CPE (AQCPE), mais qui reste «insuffisant».

Ce montant représente 140$ par enfant qui fréquente un CPE ou une garderie subventionnée, qui servira à acheter du matériel éducatif et récréatif, à organiser des sorties et à former le personnel éducateur. L'argent est disponible pour l'année en cours, soit 2016-2017. 

Sur les 30 millions $, 2 millions $ seront injectés dans les garderies en milieu familial subventionnées.

En conférence de presse à Montréal avec l'Observatoire des tout-petits, le ministre Proulx a réitéré l'importance des CPE dans le «développement global» des 0 à 5 ans et le fait qu'ils facilitent la réussite éducative des enfants. 

«On sent que le gouvernement est plus sensible à la question de la qualité des services de garde et à la prévention chez les tout-petits. Je vois dans cet investissement l'ouverture d'un ministre, qui, depuis son arrivée, commence à poser certains gestes», commente Louis Sénécal, pdg de l'AQCPE. 

Mais M. Sénécal avertit toutefois que ces 30 millions $ sont loin de combler les compressions de 500 millions $ que le réseau des CPE a subi ces 10 dernières années. 

«C'est insuffisant. Il reste une bataille à livrer pour le prochain budget, pour que le gouvernement investisse là où ça fait une différence», lance M. Sénécal. 

Rappelons que ces dix dernières années, le rythme de développement des CPE a ralenti au Québec, tandis que le nombre de garderies privées a explosé.

Marche symbolique pour 300 enfants de Lévis

Près de 300 bambins de 3 à 5 ans ont marché un peu moins d'un kilomètre lundi pour les droits des enfants, au centre-ville de Lévis. Une «marche symbolique» qui visait à «positionner la petite enfance comme un enjeu important pour les décideurs publics», indique Claudia Larochelle, organisatrice de la marche et agente de mobilisation pour le Regroupement des acteurs en petite enfance de Lévis (RAPEL). Ces enfants fréquentent des CPE et écoles maternelles qui ont accepté de se joindre au mouvement. «Il faut que l'enfance devienne une priorité aussi importante que l'économie», soutient Mme Larochelle. Un premier portrait des conditions de vie des bambins québécois a été dévoilé lundi par l'Observatoire des tout-petits, et il démontre par exemple que la moitié des enfants de moins de 6 ans ont déjà été victimes de violence physique à la maison.

Partager

À lire aussi

  • Brigitte Breton | Réussite éducative ou électorale?<strong></strong>

    Brigitte Breton

    Réussite éducative ou électorale?

    ÉDITORIAL / Une politique de «réussite éducative» ou une politique de «réussite électorale»? Souhaitons que le ministre de l'Éducation, Sébastien... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer