À l'avenir, le recteur parlera

«Je suis conscient qu'il faut être plus attentif»,... (Image tirée d'une vidéo)

Agrandir

«Je suis conscient qu'il faut être plus attentif», a admis le recteur de l'Université Laval, Denis Brière, qui a mis trois jours avant de prendre la parole publiquement après la vague d'agressions sexuelles survenues dans les résidences de l'université il y a deux semaines.

Image tirée d'une vidéo

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La prochaine fois qu'une enquête policière sera déclenchée sur le campus de l'Université Laval, le recteur n'hésitera pas à parler publiquement.

C'est ce qu'a confirmé mardi le recteur Denis Brière, en marge d'une annonce. «Je suis conscient qu'il faut être plus attentif», a admis celui qui a mis trois jours avant de prendre la parole publiquement après la vague d'agressions sexuelles survenues dans les résidences de l'université il y a deux semaines.

M. Brière a expliqué que le protocole de communication de l'université sera changé, si bien que le recteur devra conserver son devoir de réserve lorsqu'un étudiant est impliqué dans une enquête policière pour des gestes posés à l'extérieur du campus. «Mais quand ça concerne directement le campus, c'est sûr qu'on va changer le protocole de communication, incluant le recteur.»

M. Brière admet que toute cette crise des agressions sexuelles «a nui» à la réputation de l'Université Laval. «C'est à nous de réagir, de faire en sorte de rassurer les étudiants et les étudiants potentiels.» 

Note de 9,5 à presque 10/10

Mais il ne regrette pas ses propos sur la gestion de cette crise et appuie sans réserve le travail fait par son équipe, à qui il avait accordé une note de 9,5 sur 10. Il soutient même qu'aujourd'hui, il lui donnerait «presque 10». «Ils ont travaillé jour et nuit, ils ont pas juste effleuré le sujet [...] Les filles qui ont été agressées ont eu tout le soutien psychologique», plaide-t-il.

L'Université Laval mène en ce moment un audit sur la sécurité dans les résidences. M. Brière ne s'est pas donné d'échéance précise pour arriver avec des conclusions. Il dit toutefois travailler sur plusieurs projets de prévention des abus sexuels, notamment lors des initiations de début d'année.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer