Attirer des étudiants étrangers

Le gouvernement consent à mettre en place des...

Agrandir

Le gouvernement consent à mettre en place des mesures pour «soutenir la promotion, le recrutement et la rétention des étudiants étrangers dans les réseaux d'enseignement supérieur».

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le gouvernement libéral a choisi de financer les efforts des cégeps et des universités pour attirer des étudiants étrangers, question de remplir les salles de classe et les intégrer plus facilement au marché du travail.

La mise à jour économique du gouvernement, présentée mardi, prévoit une bonification globale de 0,5 % du portefeuille de l'Éducation par rapport au budget qui avait été présenté en mars dernier.

«C'est bien mince. Le gouvernement ne traduit pas de façon économique que l'éducation, c'est sa priorité», commente Louise Chabot, présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ).

Bien sûr, le milieu de l'éducation préfère se «faire annoncer 110 millions $ de plus par année que d'autres compressions». Mais Mme Chabot précise «qu'on est encore loin du compte», les écoles primaires, secondaires, les cégeps et les universités ayant subi des compressions d'un milliard de dollars ces dernières années.

Dans les grandes lignes de sa mise à jour, le gouvernement indique qu'il dirigera ces sommes vers une meilleure transition des étudiants vers le marché de l'emploi.

Par exemple, il veut adapter la formation professionnelle aux besoins du marché du travail et former les nouveaux immigrants.

Il veut également injecter des fonds dans la formation d'appoint pour les professionnels formés à l'étranger afin de faciliter la reconnaissance des acquis et faire en sorte qu'ils se trouvent plus rapidement un emploi dans leur domaine.

Les cégeps et les universités doivent composer en ce moment avec un déclin démographique de leur clientèle habituelle : les étudiants québécois. Le gouvernement consent donc à mettre en place des mesures pour «soutenir la promotion, le recrutement et la rétention des étudiants étrangers dans les réseaux d'enseignement supérieur».

Le ministère des Finances indique que ces investissements seront détaillés plus tard par le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx et la ministre de l'Éducation supérieure Hélène David.

Primaire et secondaire

Au primaire et au secondaire, les documents de la mise à jour économique stipulent que des sommes seront consacrées «à la réussite des élèves», sans entrer davantage dans la mécanique.

Par communiqué, la Fédération des comités de parents se réjouit de cette intention du gouvernement, mais espère un transfert direct de l'argent dans les écoles, sans «ponction de la commission scolaire».

Un message semblable est lancé par la Fédération québécoise des directions d'établissements d'enseignement. «Si on veut avoir un impact, l'argent, il doit atterrir directement dans les écoles, dans les mains des gens les mieux placés pour favoriser la réussite des jeunes», commente la porte-parole Michèle Demers.

Dans un communiqué, la Fédération des commissions scolaires plaide quant à elle pour que le gouvernement lui laisse la «latitude» de gérer ces sommes.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer