Des ateliers punchés pour les bambins du CPE Magimuse

Après avoir acquis un sac d'entraînement et des... (Fournie par le CPE Magimuse)

Agrandir

Après avoir acquis un sac d'entraînement et des gants de boxe, le CPE Magimuse de Ragueneau a demandé à un ex-boxeur professionnel de même qu'à un pugiliste amateur de donner une formation en boxe aux jeunes fréquentant leur établissement.

Fournie par le CPE Magimuse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steeve Paradis</p>

(Ragueneau) Boxer dans un centre de la petite enfance (CPE). Voilà une activité qui peut sembler saugrenue, à tout le moins. Mais au CPE Magimuse de Ragueneau, sur la Côte-Nord, il s'agit d'un sport auquel les petits peuvent se livrer en toute sécurité car ils l'ont appris de vrais boxeurs.

«La motivation derrière ça, c'est d'abord de développer de saines habitudes de vie en bougeant activement, mais également pour démystifier les jeux de bataille», indique la directrice adjointe du CPE Magimuse, Annie LeBel. Et en CPE, le personnel est surtout féminin. Je voulais qu'elles comprennent les jeux de bataille. Ce n'est pas malsain. Il s'agit de les encadrer.»

Mme LeBel a donc surpris quelques-unes de ses éducatrices, «mais pas trop quand même car elles me connaissent», en faisant l'acquisition d'un sac d'entraînement (punching bag) et de gants grâce à l'aide d'un commanditaire. Quant à la formation, donnée par un ex-boxeur professionnel et un autre amateur, dont l'enfant fréquente le CPE, elle s'est transformée en grand happening, au dire de la directrice adjointe.

«Les deux boxeurs, qui ont eu bien du plaisir, ont vraiment captivé l'auditoire pendant 90 minutes, personne n'a décroché, lance Mme LeBel. Ils sont arrivés au son de la musique de Rocky, avec leur robe de chambre en satin et culotte de boxeur. Ils ont tout bien expliqué aux enfants, qui ont rapidement compris que la boxe, ce n'est pas seulement se taper dessus. Il y a aussi beaucoup d'entraînement dont avec la corde à danser, qui devient ainsi autre chose qu'un jeu de filles. Il y a là un aspect égalitaire, non sexiste.»

«Que ce soit en service de garde ou à l'école, il y a une étape dans la vie où les jeunes se colletaillent un peu. Ça leur permet de jauger leur force et contrôler leur impulsivité, enchaîne-t-elle. Il faut comprendre que les jeux de bataille existent et qu'ils vont se faire de toute façon. Aussi bien les encadrer correctement.»

Respecter les règles

Donc, si les jeunes veulent utiliser le sac d'entraînement, ils doivent obligatoirement demander la supervision d'une éducatrice puisqu'elle doit tenir le sac, tout comme pour les vrais boxeurs. Les boxeurs en herbe doivent toujours respecter les règles.

Annie LeBel, qui dit ne pas savoir si l'idée de donner un atelier de boxe a déjà été tentée dans un autre centre de la petite enfance, signale que la boxe s'insère bien dans les objectifs du CPE Magimuse d'augmenter le temps de jeu actif des jeunes, «ce qui est moins facile qu'on pense», fait-elle valoir. En fait, ça bouge tellement au CPE de Ragueneau que l'installation a remporté le premier prix dans sa catégorie à la course aux fameux cubes énergie du Grand défi Pierre Lavoie 2016.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer