Le consentement sexuel au centre d'une campagne de la CADEUL

La CADEUL se sert de la rentrée et... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La CADEUL se sert de la rentrée et de la période des initiations pour faire une campagne sur le consentement sexuel.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La rentrée universitaire de mardi marquera du même coup le début des activités d'initiation. Souvent dépeintes comme des beuveries, les activités d'initiation ont fait l'objet de l'attention de la Confédération des associations d'étudiants et étudiantes de l'Université Laval (CADEUL), qui entend miser cette année sur la sensibilisation de la violence à caractère sexuel.

La vaste campagne provinciale «Sans oui, c'est non!» place la question du consentement au centre des préoccupations. «Sans consentement, c'est une agression», peut-on notamment lire sur son site Internet.

La CADEUL, qui représente les étudiants de premier cycle à l'Université Laval, a déployé beaucoup d'énergie pour sensibiliser les initiateurs à la question du consentement, a précisé sa présidente, Vanessa Parent. «On se sert de la rentrée pour diffuser le message puisque beaucoup de gens seront touchés rapidement.» Le logo de la campagne figurera d'ailleurs sur le chandail de tous les initiateurs lavallois.

L'association étudiante a pu compter sur le support de l'Université Laval pour le déploiement de cette campagne. Bien qu'il ne soit pas possible de savoir si des cas d'agression ou de violence à caractère sexuel qui se seraient produits au cours des dernières années auraient encouragé le lancement de la campagne, il était important pour la CADEUL d'agir «en prévention plutôt qu'en réaction», a affirmé Mme Parent. La présidente a néanmoins assuré que le Centre de prévention et d'intervention en matière de harcèlement de l'Université Laval n'aurait pas reçu de plainte officielle ces dernières années au sujet d'un cas de violence à caractère sexuel.

La campagne «Sans oui, c'est non!» regroupe 16 universités et 19 associations étudiantes partout en province. Elle a été mise sur pied en 2014 à l'initiative de l'Université de Montréal, de la Fédération des associations étudiantes du campus de l'Université de Montréal, en collaboration avec le Bureau d'intervention en matière de harcèlement de l'institution.

***

Un consentement sexuel est jugé invalide si:

> La personne est sous l'influence de drogues ou d'alcool;

> La personne est inconsciente ou dans un état de sommeil;

> L'agresseur abuse d'une position de confiance ou d'autorité (professeur, entraîneur, employeur, etc.);

> L'agresseur utilise l'intimidation ou les menaces pour obliger la personne à s'engager dans une activité sexuelle;

> La personne change d'avis et dit «non».

Source: Site Internet de la campagne «Sans oui, c'est non!»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer